3 Avr 2014, 12:53
Défaut:
by

leave a comment

Shots that changed my life (43)

Un été avec Monika (Sommaren med Monika) réalisé par Ingmar Bergman, 1953.

Monika va abandonner son mari et son jeune enfant en commençant par se donner à un inconnu dans une taverne.

Dans cette scène, c’est la première fois qu’un(e) acteur (actrice) regarde ainsi l’objectif de la camera, c’est à dire le spectateur ; et c’est pour cela que ce regard restera à jamais mystérieux.

Pierrot le fou de Godard, sera un remake de ce film.

2 Avr 2014, 10:12
Défaut:
by

leave a comment

La part des fonctionnalités business vs maintenance dans les projets IT

Si vous opérez un site web, vient toujours le moment où le Business soupçonne l’IT de passer trop de temps sur des tâches purement techniques, ou de maintenance, et pas assez sur des nouvelles fonctionnalités.
Ce n’est bien sûr pas forcément fondé, et cela repose sur une intuition au doigt mouillé, mais il n’empêche que la balle est dans votre camp et que, en plus des soucis qui sont les vôtres, il va falloir passer du temps à démontrer qu’il n’en est rien,  que la situation est “normale”.
Il vous faut donc lever la tête et trouver des métriques comparables chez d’autres sociétés et essayer de vous positionner par rapport au marché. Mais là – premier écueil – il faut comparer ce qui est comparable : qu’appelle-t-on maintenance par exemple ? more »
23 Fév 2014, 9:59
Défaut:
by

7 comments

Amélioration continue … et discontinue

Dans le développement logiciel, les démarches “Lean” inculquent une culture de l’amélioration continue qui s’articule autour de méthodes et d’outils, parmi lesquels : le kanban, la gestion des flux, le WIP, la taille des lots, la gestion des queues, l’intégration poussée des tests depuis les phases de spécifications, etc.

Mais je remarque que, outre les nombreuses vertus de ces démarches, elles peuvent avoir des effets anesthésiants sur le comportement des équipes et peuvent s’avérer néfastes si l’on n’y prend pas garde. more »

14 Fév 2014, 12:57
Défaut:
by

leave a comment

Savoir et industrie

C’est salle Jean-Dame, 17 rue Léopold Bellan, métro Sentier, ligne 3  le Samedi 1er mars 2014 de 14 heures à 17 heure (Entrée libre et gratuite).

La société industrielle qui est apparue à la fin du XVIIIè en Europe Occidentale a modifié en profondeur le statut des savoirs – savoir théorique, savoir faire, savoir vivre.

Jusqu’alors privilège des clercs et d’un pouvoir essentiellement symbolique, les sciences formant le savoir théorique s’émancipant de la philosophie et de la théologie sont devenues le cœur du devenir économique – et, derrière lui, du devenir social qui s’en est trouvé profondément transformé – tout en contribuant à la destruction des savoir faire (comme le montrent les Fondements de la critique de l’économie politique de Marx). more »

8 Fév 2014, 9:47
Défaut
by

4 comments

La comptabilité du développement logiciel

Plan comptable

Le coût d’un développement logiciel est généralement imputé dans les éléments capitalisables qui correspondent à un investissement (CAPEX). Il est donc amortissable sur plusieurs  années, tout comme le montant de la camionnette de l’artisan qui est prise pour exemple dans les cours de comptabilité.

On commence à amortir le coût du logiciel quand il est effectivement mis en production. Et tout cela marche bien avec les modes de développement classiques en cascade : de la conception à la mise en production. more »

Deux tendances dans la conception et le développement logiciel

C’est bien parce qu’il s’agit d’écritures– qui laissent des traces – que l’on peut reproduire et copier le code ou la documentation d’un programme. Une grande part des pratiques de développement peut se faire avec un effort minimum de conception : il s’agit de réutiliser ce qui marche, de faire du copier/coller, de reproduire des best practices, de suivre les tendances sur GitHub, etc. more »

L’explicitation à l’heure des automates et l’enjeu de l’invention dans le cycle des données

La domination des langues mortes

Commençons par un topique, un lieu commun. “Software is eatig the world” : tout le monde connaît ce mot de Marc Andreessen.

Mais si ces nouveaux langages numériques dévorent le monde peut-être faudrait-il s’étonner que personne ne les parle. Ce sont des langues mortes si l’on s’en réfère à cette définition qu’une langue n’est vivante que pour autant qu’elle est parlée par des individus. On a ici à faire à des langues mortes qui instaurent leur domination sur le monde exclusivement par l’écrit.

A certains égards, les langages de programmation sont ce que Saussure appelle des langues construites, c’est à dire des langues qui ne sont pas naturelles ; des langues qui sont le fruit d’un consensus et d’une convention (l’exemple que donne Saussure est l’espéranto).

La domination du software comme langue morte, que personne ne parle, et qui n’existe que comme écriture par et pour les machines est donc notre actualité. more »

1 Jan 2014, 11:01
Défaut:
by

leave a comment

Prenez la pose

Vous avez peut-être pris la pose pour des photos, hier soir, lors du réveillon.

Parce que la photo fige, nous nous figeons par anticipation pour essayer de maitriser cette immobilisation plutôt que de la subir et qu’elle ne se fasse à nos dépends (mauvais profil, grimace, yeux mis-clos, etc.)

La manière dont on prend la pose diffère selon le lieu et le type d’activité : la pose devient facilement exagérée lors d’une ambiance festive. Lorsque les gens sont filmés alors qu’ils prennent la pose dans l’attente d’une photo …. qui ne vient pas, le ridicule fait sourire.

14 Déc 2013, 11:13
Défaut:
by

7 comments

Le “qui” et le “quoi” de Google

Quand je disais “Google ne sait rien sur moi” et pointait du doigt quelque chose comme une confidentialité algorithmique qui permet aux automates de Google de manipuler mes données sans qu’il n’y ait de rupture de confidentialité, j’ai eu plusieurs remarques selon lesquelles ma distinction était soit floue, soit non pertinente. Et, au final,  Hubert Guillaud me demande :

“Qui est le google dont tu parles ?”.

Mon propos va donc consister ici à articuler la question du qui et du quoi de Google à partir de ceux qui ont pensé cette différence, parmi lesquels Heidegger, Leroi-Gourhan, Derrida et d’autres, mais dont le plus déterminant à mes yeux est Bernard Stiegler, dont je vais reprendre ici les analyses.

more »

13 Déc 2013, 3:11
Défaut:
by

leave a comment

Le merveilleux glossaire du manuel de l’Apple II

It’s not a bug, it’s a feature”, célèbre dicton du monde de la programmation, semble avoir comme origine le  glossaire du manuel de  l’Apple II p. 180 où l’on pouvait lire :

« Feature: A bug as described by the marketing department » — (Apple II Reference Manual, Apple Computer Inc., Cupertino, 1979, p. 180).

Ce manuel complet est disponible en ligne , mais  je reprends ci-après uniquement le glossaire et je vous incite à le lire car non seulement il est plaisant et représentatif de l’humour “geek”, mais surtout fort de nombreuses fulgurances dans la manière dont la définition de certains termes, qui font aujourd’hui l’objet de discussions infinies, est tranchée en une ou deux courtes phrases.

Bonne lecture !

more »