6 Mai 2014, 10:18
Défaut:
by

11 comments

Sur l’intelligence artificielle

Dans une tribune publiée sur le site de The Independent, Stephen Hawking se demande si nous prenons suffisamment au sérieux l’intelligence artificielle.

stephen-hawking

Il y souligne le caractère pharmacologique des nouvelles techniques d’automatisation et déplore un manque de sérieux et d’investissement en matière de recherche sur les impacts de ce qu’il appelle l’intelligence artificielle : les voitures intelligentes, SIRI, jusqu’à des exemples plus futuristes.

On ne peut qu’aller dans le sens de l’appel de Hawking, mais à condition toutefois de rappeler quelque chose d’essentiel pour ne pas passer à côté du sujet, à savoir que la seule intelligence artificielle qui existe est celle des hommes. Je veux dire par là qu’il n’y a pas d’intelligence naturelle ; notre intelligence est toujours artefactuelle, et donc artificielle.

Croire que nous sommes dotés d’une intelligence naturelle qui produirait une intelligence artificielle – celle qui anime les fameux objets intelligents – n’est pas la bonne façon de poser le problème. En fait, c’est une hypothèse qui est erronée car elle est darwinienne ; or, Stiegler a parfaitement montré que l’homme est précisément ce vivant qui n’est pas soumis à sélection naturelle mais au contraire à la sélection artificielle : Stephen Hawking est bien placé pour savoir cela, lui qui ne vit, pense et communique que grâce aux machines.

Si notre intelligence est DEJA artificielle, alors nous sommes à la portée d’un programmeur : est cela que vous voulez dire ? Peut être pas tout à fait.

En tout cas, c’est une thèse philosophique, qui est en débat…

Pour ce qui me concerne, je crois que ce qu’on appelle l’humanité est absolument issue de la sélection naturelle et que la trop courte période qui nous sépare de l’hominisation ne permet pas à la sélection d’opérer.
L’hominisation, par définition elle survient AVANT l’homme, est ainsi naturelle, par définition… A moins qu’elle ne soit accidentelle ? Est cela que vous voulez dire ?

[Reply]

Le docu Das Netz ( ou “voyage en cybernetique” en français – trouvable sur youtube dans mon souvenir), rappelle que ces questions existent déjà depuis un certain temps.

Le rejet violent de T. Kaczynski en furent l’expression.

Les conférences de Macy également marquèrent les premiers jalons de ce vaste courant en pleine évolutions et contradictions…

[Reply]

L’intelligence artificielle est une expression impropre, a fortiori lorsqu’elle est appliquée à une machine. Dans ce cas nous parlerons plutôt de capacité de calcul électronique.

Quant à l’intelligence humaine, la question n’est pas tant de savoir si elle est naturelle ou artificielle car dans un cas comme dans l’autre elle peut être rangée sous une catégorie supérieure : le vivant.
En effet ce qui caractérise l’intelligence de l’humain c qu’elle est un processus vivant. Lequel repose certes sur une capacité de calcul, mais ne s’y réduit point, loin s’en faut.
Par conséquent, si l’on devait trouver un opposé à artificiel dans ce contexte, nous n’opterions pas pour l’intelligence naturelle mais nous évoquerions l’intelligence vivante. Ce qui relève du pléonasme ainsi que nous venons de le voir.
A toutes fins utiles, l’artificialité artefactuelle ne constitue donc pas un mode de l’intelligence mais une de ses composantes, aussi importante soit-elle …
Il me semble que ce qui crée bcp de malentendus au détriment de la technique c’est le malnommage des choses. De l’intérêt donc de bien les nommer et de ne pas leur prêter davantage que ce qu’elles sont au risque d’allumer les fantasmes … à juste titre! Fantasmes de défiance en réponse aux fantasmes de ceux qui abusent de certaines facilités de langage pour désigner avantageusement un segment du réel … qui tend à se parer des atours et des attributs qui appartiennent à l’humain. Lequel, paradoxalement, s’en trouve partiellement dépouillé !!

[Reply]

@francois : “accidentelle? ” Plutôt d’accord, mais le débat sur les origines est sans fin (cf. Derrida )

@Ikario merci pour les compléments

@Pascal l’homme est la poursuite du vivant par d’autres voies que celui ci. Merci pour la petite rhétorique 😉

[Reply]

Christian, sauf tout votre respect et malgré l’intérêt que je porte au travail accompli autour d’Ars industrialis et de Bernard Stiegler, je concéde bcp de perplexité devant le peu de cas que vous faites du vivant.
Se contenter de poser que l’homme est la poursuite du vivant par d’autres voies n’affranchit aucunement l’homme du vivant et ne dispense pas selon mon humble avis de continuer à penser le vivant. A fortiori qd d’aucuns pensent en avoir fini avec cette question pourtant fondamentale.
Aussi lorsque vous me remerciez pour ma petite rethorique, je souris mais également je sens poindre en moi une certaine inquiétude toute philosophique !
Pour ma part je suis très reconnaissant à B. Stiegler pour l’enrichissement considérable que cconstituent les dizaines d’heures passées à l’écouter… Mais pour résumer ma position, je dirais que qd j’ai fait mon miel de la riche pensée dispensée sur Pharmakon. fr, alors, ainsi que B.S le préconise, je me tourne régulièrement vers la source et je me plonge dans du Michel Henry, complément indispensable pour irriguer la pensée du technique avec une réflexion vivante et vivifiante qui la complète fort opportunément.
Bon Christian, soyez vigilant car vous me semblez vous être fourvoyé sur la voie au demeurant fort intéressante que vous suivez. Si la technique est incontournable en tant qu’elle est le propre de l’homme, qui tend à s’imposer à lui et le façonne et avec quoi il doit composer fermement, elle ne saurait pour autant constituer autre chose qu’un moyen au service d’une fin qui la dépasse et la fonde … qu’on le veuille ou non ! Ou alors c’est que vous auriez échoué dans la tâche que s’est assignée Ars Industrialis et maintenant Pharmakon.fr …

[Reply]

Ainsi sous prétexte que le débat sur les origines est sans fin vous pensez pouvoir et devoir en faire l’économie ? Si c’était bien cela un tel deni ferait frémir … de par la violence des conséquences metaphysiques tacites qu’il induirait au sommet de la pyramide intellectuelle, point culminant de la pensée, phare de la conscience chargé d’éclairer l’humanité !

[Reply]

Question un peu simple,  pourquoi affirmer que  l’intelligence (artefactuellle ou pas) est le propre de l’homme?

Par exemple, en quoi les abeilles en construisant une  ruche ne  font elles pas la meme chose?

Bien sur nous sommes specialise dans cet usage massif de la technique, mais pourquoi affirmer que c’est le propre de l’homme si ce n’est pas le cad?  Ou alors comment qualifier ce que font les abeilles?

Merci
Hugues

[Reply]

@Pascal je crois que vous manquez toute la radicalité de la pensée de Stiegler quand vous finissez par dire que la technique n’est qu’un moyen, et je ne peux pas vous suivre quand vous parlez du “sommet de la pyramide intellectuelle, point culminant de la pensée, phare de la conscience chargé d’éclairer l’humanité ! “

[Reply]

@Chug c’est une question récurrente et toujours pertinente. On connaît tous des exemples de techniques animales et même d’animaux qui peuvent manipuler et développer des techniques langagières.
Voir la réponse de Stiegler en vidéo, lorsque cette question lui fut posée lors d’une séance de séminaire : https://www.youtube.com/watch?v=y_5TNcuG7sI à 1:48:32

[Reply]

Pour le formuler autrement je dirais que l’IA est le propre de l’animal, donc à l’exclusion des machines, puisque la notion d’intelligence ne saurait être étendue aux objets inanimés, ceux-ci étant à ce jour privés de cette propriété nécessaire à toute définition initiale de l’intelligence, étant entendu par ailleurs que l’intelligence ne se réduit pas à de la capacité de calcul : la Vie !

Ou bien alors si l’on persiste à parler d’intelligence au sujet des machines, il convient de définir rigoureusement ce terme afin de ne pas perdre de vue cette différence essentielle ! Faute de quoi on entretient une confusion pour le moins inutile ; voire suspecte ! Mais dans tous les cas fautive.

Ceci étant dit il n’y a aucun problème avec les machines dites intelligentes puisque celles ci ne se développent qu’à l’initiative des hommes.
En revanche si problème il y a, c’est bien évidemment du côté des hommes qu’il faut faire porter les interrogations. Et ne pas se défausser sur les machines qui ne sont qu’un moyen nécessaire … dont il nous appartient de garder la maîtrise, au service d’une fin dont nous rechignons, pour l’heure, à évoquer la possible, probable nature spirituelle. Allusion ici à Theillard de Chardin avec les conceptions de qui rien de ce qu’il y a de consistant à mes yeux dans la pensée de BS ne me paraît incompatible.

Pour conclure je crois pouvoir vous confirmer que nous n’avons pas le même métabolisme noetique interprétatif, d’où la manière différente que nous avons vous et moi d’assimiler la radicalité de Bernard Stiegler … 🙂 D’où l’importance de bien nommer ce dont on veut s’entretenir … intelligemment 😉

[Reply]

J’ai vaguement l’impression d’être face à une querelle entre matérialistes et vitalistes ….

[Reply]

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.