Parution du livre “Digital Studies”

Les éditions FYP viennent de publier “Digital Studies“, sous la direction de Bernard Stiegler et dont je suis un des nombreux co-auteurs.

PlatdeCouv-DigitalStudies 2_Plat de couv INNO

 

14 Déc 2013, 11:13
Défaut:
by

7 comments

Le “qui” et le “quoi” de Google

Quand je disais “Google ne sait rien sur moi” et pointait du doigt quelque chose comme une confidentialité algorithmique qui permet aux automates de Google de manipuler mes données sans qu’il n’y ait de rupture de confidentialité, j’ai eu plusieurs remarques selon lesquelles ma distinction était soit floue, soit non pertinente. Et, au final,  Hubert Guillaud me demande :

“Qui est le google dont tu parles ?”.

Mon propos va donc consister ici à articuler la question du qui et du quoi de Google à partir de ceux qui ont pensé cette différence, parmi lesquels Heidegger, Leroi-Gourhan, Derrida et d’autres, mais dont le plus déterminant à mes yeux est Bernard Stiegler, dont je vais reprendre ici les analyses.

more »

22 Sep 2013, 2:12
Défaut:
by

leave a comment

Occuper les cerveaux

En réponse à la question de Pascal dans la note Occupy …what ?, voici la vidéo de l’intervention de Bernard Stiegler, intitulée “Occuper les cerveaux à Epineuil le fleuriel “, lors de l’académie d’été.

Organologie et polémologie

Bernard Stiegler, lors de l’ouverture de l’Académie d’été 2013 :

Sur le livre “Pharmacologie du Front National” de Bernard Stiegler

Pour qualifier le dernier livre de Bernard Stiegler, “Pharmacologie du Front National”, peut-être peut on commencer par citer les premiers mots de la préface :

“Cet ouvrage est un instrument. Il a été conçu comme tel – et en vue de mener des luttes. Comme tout instrument, il faut le pratiquer. Et comme tout instrument, il devrait instruire ceux qui le pratiquent : à travers leurs pratiques, l’instrument tend à instruire un aspect du monde que ses praticiens ont en commun et surtout font en commun.”

more »

De Léonard de Vinci à Stiegler, en passant par Descartes, Husserl et Derrida

Husserl, L’origine de la Géométrie : c’est à partir de ce court texte qu’il traduira et commentera que Derrida va construire sa pensée de la trace et élaborer le concept de “différance”.

C’est aussi à partir de ce même texte que Stiegler élabore sa pensée de la technique, du défaut qu’il faut, de la rétention tertiaire et de la nécessité d’une organologie générale qui en découle.

Que dit donc Husserl dans ce texte écrit en 1936 (peu avant sa mort), et publié en allemand pour la première fois en 1954 ? more »

Investir dans l’économie de la contribution

Contribution de Bernard Stiegler au mouvement Alter Summit lors du forum Firenze.

12 Sep 2012, 8:29
Défaut:
by

2 comments

Pharmacologie du Front National

Voici une des interventions de Bernard Stiegler lors de l’académie d’été de l’école de philosophie d’Epineuil le Fleuriel qui a eu lieu en Août dernier.

Vers l’inconscient et en-deçà

Le coeur des questions monétaires résiderait il dans le psychique et au travers de luidans l’inconscient ? C’est en tout cas la thèse de Bernard Lietaer (“Au coeur de la monnaie : Systèmes monétaires, inconscient collectif, archétypes et tabous“, 2011, Ed. Yves Michel). Pour défendre cette thèse il s’appuie sur l’hypothèse Jungienne d’un inconscient collectif et cela fait bien évidemment question puisque, selon Freud, il n’y a pas d’inconscient collectif.

more »

La rationalisation

Dès que l’on touche aux questions d’innovation ou de changement dans une organisation, vous ne pouvez pas ne pas remarquer les blocages et les incohérences des individus de cette organisation (parfois de votre propre organisation).

Ce qui vous saute au visage et qui vous semble évident peut sembler faire l’objet d’un déni aussi bien individuel que collectif, et vous en venez à vous demander s’ils ne sont pas tous fous.

Dans cet extrait de 2 min, tiré du cours de philosophie du 15 novembre 2011 de Stiegler, l’explicitation de ce que les psychanalystes appellent la rationalisation devrait éclairer bon nombre de personnes qui travaillent dans les pratiques de gestion du changement et d’innovation, ce qui nous changera des sempiternels “training & communication” des programmes de “Change Management“.