La chaîne du livre en France

by Christian on 30 mars, 2010

Pour le profane que je suis et qui entend souvent parler de la chaîne du livre, j’ai eu du mal à visualiser quels étaient les acteurs et leurs relations.

Alors, grâce à quelques personnes de la BnF, ainsi qu’à Alain Pierrot qui m’a donné de précieuses premières informations, j’ai commencé à faire un petit schéma que voici (cliquez dessus pour agrandir) :

La chaîne du livre en France

Je n’ai pas mis tous les acteurs et toutes les relations car çà devenait rapidement un plat de spaghetti qui contenait certainement trop d’erreurs.  Alors je pars d’une version la plus légère possible car il a vocation à être enrichi, modifié et corrigé en fonction de vos commentaires.

Si çà se complexifie trop, je pense faire plusieurs schémas selon la nature des flux : financiers, contractuels, logistiques ou informationnels. Mais si vous avez d’autres idées de représentation faites-le savoir.

[Update] C’est un peu hors sujet, mais comme la question revient souvent, la répartition du Chiffre d’Affaire dans cette chaîne du livre « papier » est à peu près la suivante (source PDF):

  • Auteur : 7,5 %
  • Editeur : 14,2 %
  • Pub-Promo : 3,8 %
  • Imprimeur : 17 %
  • Diffuseur : 8,5 %
  • Distributeur : 10,5 %
  • Points de vente : 33%
  • TVA : 5,5 %
Print Friendly
Signaler sur Twitter

{ 15 comments… read them below or add one }

Olivier G. mars 30, 2010 à 12:35

Manquent au moins les critiques et les médias dans les acteurs importants.

Tu pourrais aussi parler des collectionneurs, ou des petits métiers d’art pour les tirages très limités…

Répondre

F Bon mars 30, 2010 à 12:40

eh ben dis donc il en occupe de la place l’auteur dans ton graph’, j’aimerais pas être à sa place! (rien que de normal : n’a jamais été concerné en tant que tel par ‘ »chaîne du livre » – resterait alors à faire graphe superposé qui serait « cartographie du rôle et des pratiques d’auteur » et leur évolution… symétriquement, tu pointes bien l’énorme difficulté de l’industrie du livre à s’approprier le web : le lecteur n’est considéré que par un seul trait, en tant qu’il « achète »…

Répondre

Aurélien Pelletier mars 30, 2010 à 1:08

Il faut mettre en oeuvre un EAI ou un ESB, c’est une évidence !

Ce serait intéressant de savoir comment ça arrive sur une plateforme comme http://www.feedbooks.com

Répondre

Olivier G. mars 30, 2010 à 3:42

Ah, les lecteurs font aussi la promotion du livre s’il leur a plût, et peuvent aussi se le prêter, le revendre en occasion…

Répondre

Diego mars 30, 2010 à 5:06

Je ne suis pas sur que le distributeur donne des infos sur la parution des livres, c’est le rôle des diffuseurs. Il ne s’occupe que d’une gestion physique des livres (dans d’immenses hangars) et du fric qui vient du traitement des commandes, des retours, de la facturation et des recouvrements. Ce qui est déjà pas mal!
C’est aussi lui qui gagne le plus d’argent car il touche à l’aller (pour la commande du libraire) et au retour (pour les retours du libraire).

Répondre

Damien B mars 31, 2010 à 10:40

Hmm, d’après ce (vieux) compte-rendu d’A’lire, Electre serait classé en « non commercial » (même si en accès payant), contrairement au Fichier Exhaustif du Livre (FEL) de la CLIL géré par Dilicom (sur appel d’offre) ( http://www.alire.asso.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=69&Itemid=16 ).

Sinon j’aurais bien mis une flèche directe entre le point de vente et le diffuseur pour le passage de commande, tous les points de vente (et en particuliers les plus petits) n’accèdent pas à Dilicom à ma connaissance (exemple : Editis dit prendre les commandes en direct sur le site de sa filiale Interforum ou sur Dilicom http://www.editis.com/content.php?lg=en&id=12 )

Répondre

Christophe mars 31, 2010 à 12:53

Belle carte !

Si tu partages le fichier source on peut envisager d’en générer une version dynamique.

Répondre

Christian mars 31, 2010 à 4:02

@ Olivier : tu insistes plus sur les à côtés de la chaîne du livres, mais d’accord bien sûr avec toi.

@Fbon : cette cartographie n’est pas tant une chaîne du livre avec laquelle je serais d’accord. Si elle doit changer, commençons par en tracer le contour actuel, non ?

@Aurélien. Pour feedbook, y a qu’à attendre que son fondateur passe par là et nous dise. n’est-ce-pas Hadrien ?

@ Diego : c’est vrai, mais je crois que le diffuseur ne communique qu’aux points de ventes et que c’est les infos du distributeurs que récupère Dilicom, non ?

@Damien Electre est une énigme pour moi. J’ai cru lire qu’ils récupéraient gratuitement les données de Dilicom pour ensuite en faire payer l’accès et même demandent aux éditeurs de nettoyer leur données gratuitement…. Ensuite, est-ce que le point de vente passe sa commande au diffuseur, au distributeur, via Electre ou Dilicom ? J’attends d’autres commentaires pour trancher. En tout cas merci pour les liens.

@christophe. je me méfie un peu, je peux la partager en CMAP mais cela suppose un accès à l’outil et je pense que peu feront la démarche. Pour l’instant il me semble que c’est plus facile de faire les commentaires et pour moi de modifier directement le schéma. En revanche je rajouterai la date du schéma.

Répondre

Damien B mars 31, 2010 à 7:38

Tiens, je viens de trouver un lien tout bête : http://www.syndicat-librairie.fr/fr/dilicom

D’après ça : DILICOM == EDI, si pas d’EDI alors un autre canal doit être utilisé pour les commandes. D’autre part on a donc le FEL qui est une émanation essentiellement (pour moi, peut-être je me trompe) de la CLIL en tant que successeur de la FPL ( http://www.clil.org/Infos/biblio/index.php?id=6 ), mais le lien annonce des demandes de DILICOM pour mettre à jour la FPL, donc les deux ont leur vie propre (ça se confirme : http://www.sne.fr/pages/editeur-un-metier/vendre-un-livre/promotion-du-livre.html). Le problème des 1ère et 4ème de couverture évoqué en fin du « lien tout bête » était résolu chez Interforum par une base étendant la FPL avec intégration de ces images nommée Yod@work (mais c’est vieux, je peux me tromper), qui est exposée en partie sur yodawork.com (à chercher avec une requête « site: » dans votre moteur de recherche favori).

Répondre

karl avril 6, 2010 à 7:43

Christian,

pourrais-tu mettre le fichier (.dot ?) en ligne pour que l’on puisse le hacker avec une licence cc 🙂

Je peux le refaire mais ce sera plus long 😉

Répondre

Christian avril 6, 2010 à 8:00

@ Karl : sous quel format ? C’est fait avec Cmap tool, pas avec un format office.

Répondre

Sophie Saint-Marc juillet 21, 2010 à 7:37

Bonjour, je viens seulement de lire votre message, je suis justement la DG de l’ALIRE dont Diego parlait dans son commentaire. N’hésitez pas à me contacter si vous souhaitez des précisions sur le FEL, DILICOM etc… en attendant cette page peut peut-être vous aider : http://www.alire.asso.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=33&Itemid=26

Répondre

Magali Tardivel-Lacombe février 1, 2011 à 8:13

Il est bien fait, ce schéma ! Vous en trouverez un simplifié sur le http://www.lorraine.eu/jahia/Jahia/cache/bypass/pid/1474, qui propose un « Guide pratique pour expliquer la chaîne du livre ». La nuance entre le diffuseur et le distributeur y est expliquée d’une manière remarquablement claire.

Et pour ceux qui s’intéressent au travail des professionnels du livre ailleurs qu’en France, vous pouvez jeter un oeil sur le http://www.frankfurter-buchmesse.eu/magali, où je raconte mon « Tour du monde des livres ».

Répondre

dvd brch juillet 13, 2011 à 2:10

Je doute de l’existence de liens d’information entre Electre – Bibliographie nationale française d’une part et Dilicom – Bibliographie nationale française d’autre part. Il existe en revanche des connexions entre Electre et Dilicom.

Répondre

editionsgenese octobre 26, 2011 à 5:41

bonjour nous sommes une éditions basée à brazzaville,au congo- et sollicitons la diffusion de nos livres chez vous.cordialement.

Répondre

Cancel reply

Leave a Comment

{ 1 trackback }

Previous post:

Next post: