Otium et Negotium

by Christian on 30 avril, 2006

J’ai déjà évoqué la distinction entre otium et negotium dans la note « Voici venu le temps du management total« . Je tiens ces concepts de Bernard Stiegler (« Mécréance et discrédit : Tome 1, La décadence des démocraties industrielles » (Bernard Stiegler))


Le negotium n’est pas que le commerce des marchandises au sens du plan comptable, c’est le commerce au sens large des affaires. C’est le business, l’affairement. C’est aussi le lieu des usages.

negotium.jpg

Ce qui caractérise l’otium, c’est ce que Foucault nomme « l’écriture de soi ». (voir la note sur les Hypomnemata)

otium.jpg

Otium et negotium ont ceci en commun que ces deux activités se déploient avec des supports de mémoire. Dans le negotium on trace les échanges, on quantifie et on calcule les échanges. Dans l’otium, cette notion de calcul et de quantification disparaît pour laisser place à des support de mémoire plus orthothétiques. On note ainsi les propos ou les argumentation que l’on a entendu, les citations, voire les correspondances. Ce sont des enregistrement orthothétiques.

Dans l’otium il y a une discipline : c’est celle du sportif qui s’entraîne régulièrement, celle du moine qui respecte la liturgie, celle de celui qui écrit quotidiennement ses pensées.
Dans le negotium il y a des règles. Des règles du jeu dirais-je, au sens wittgensteinnien du terme.

***

Ce serait une erreur d’opposer systématiquement otium et negotium car nous retomberions dans une démarche fondamentalement métaphysique. Max Weber a montré combien l’éthique protestante du capitalisme repose sur un processus de transduction : le negotium devient une activité qui relève de l’otium, et dans laquelle il s’inscrit.

Print Friendly
Signaler sur Twitter

{ 1 comment… read it below or add one }

Pr Stéphane Feye octobre 14, 2011 à 4:23

Tombant par hasard sur ce site, je trouve amusant de faire remarquer que l’école indépendante que j’ai fondée en 1995 en Belgique associe les mots SCHOLA NOVA et deux citations latines sur l’OTIUM, l’une de Sénèque, et l’autre de Virgile .

Répondre

Leave a Comment

{ 5 trackbacks }

Previous post:

Next post: