Guide pour construire une ontologie

by Christian on 13 novembre, 2005

Voici un petit guide pour ceux qui veulent mettre en place une ontologie. Ce n’est bien sûr pas la seule façon de procéder, mais c’est celle que je trouve la plus pertinente.

Cette approche provient, entre autres, des travaux de Bruno Bachimont, Raphaël Troncy et Nathalie Aussenac-Gilles.

1. D’abord bien définir l’objectif de l’ontologie et comment son utilisation permettra d’atteindre ces objectifs.

2. Une ontologie est une représentation formelle des éléments, et de leurs relations, constitutifs d’un domaine de connaissance. L’ontologie n’est pas la représentation et la modélisation de l’expertise, ou des processus cognitifs de quelques personnes, c’est la modélisation d’un domaine qui correspond à un champ de pratique.

3. Il faut tout d’abord identifier les éléments de l’ontologie : pour cela travaillez avec des personnes ayant différents profils, mais qui tous ont une pratique dans le domaine de connaissance choisi.

4. S’il existe un corpus documentaire sur le sujet, aidez-vous de différents outils de traitement automatique des langues (par exemple SYNTEX pour repérer les éléments candidats, UPERY pour le regroupement de contexte et YAKWA pour le repérage de relations). Voir à ce sujet l’approche Terminae, qui émane du groupe « Terminologie et Intelligence Artificielle ».

5. Maintenant il va falloir fixer tout çà ensemble, et c’est la que c’est le plus dur. Pour ma part je suggère la méthodologie présentée par Bruno Bachimont, mise en place lors du projet MENELAS, qui vise à contraindre l’utilisateur à un engagement sémantique, en introduisant une normalisation sémantique des termes manipulés dans l’ontologie.

6. Il faut ensuite veiller à donner une signification précise aux termes de l’ontologie. Pour cela, il faut utiliser la sémantique différentielle de François Rastier pour laquelle le sens est intra-linguistique : il se construit par des relations d’opposition entre les unités du système linguistique. Les traits sémantiques qui déterminent le sens des termes sont appelés sèmes. Il y a deux sèmes :
-> les sèmes génériques qui permettent de regourper les unités entre elles.
-> les sèmes spécifiques qui permettent à une unité de se distinguer de celles avec qui on l’a regroupée.

7. Mais comme le sens est toujours fortement dépend du contexte, le mécanisme qui interprète l’attribution des sèmes aux termes doit être contrôlé. Le contrôle de cette interprétation est la normalisation sémantique.

8. La normalisation sémantique se met en place grâce à quatre principes :
->le principe de communauté avec le père
-> le principe de différence avec le père
-> le principe de différence avec la fratrie
-> le principe de communauté avec la fratrie
Les termes ainsi obtenus après être passés par la normalisation sémantique deviennent des primitives d’une taxinomie.

9. L’étape suivante va être la formalisation des connaissances. En liant les notions avec un ensemble de référents dans le monde on va donner une sémantique extensionelle qui va devenir une ontologie référentielle, composée de concepts qui vont agir comme des primitives formelles.

10. A présent il faut opérationnaliser les connaissances. Il s’agit pour cela de munir les concepts présents dans l’ontologie référentielle d’une signification en termes d’opération informatique. Cela donne l’ontologie computationnelle recherchée.

Pour vous outiller dans cette démarche utilisez DOE (Differential Ontology Editor). Puis reprenez le résultat de vos travaux avec Protégé pour finir le travail avec cet editeur de l’université de Stanford.

Pour exploiter votre ontologie il vous faudra :
-> une solution pour stocker l’ontologie (par exemple SESAME)
->une solution pour interroger et inter-agir avec l’ontologie ; c’est le moteur d’inférence.
Il y a deux catégories de moteurs d’inférence, ceux qui sont des langages et API programmables d’un côté (TRIPLE, KAON1, JENA2). Et de l’autre des raisonneurs généralement développés autour des logiques de description (FACT, RACER)

Print Friendly
Signaler sur Twitter

{ 6 comments… read them below or add one }

Miryam janvier 25, 2011 à 11:37

Slt,je suis etudiante master en ifnormatique,donc mon memoire de these est sur « l’evolution d’une ontologie a partir d’images medicales »vous pouvez m’aider SVP

Répondre

ben mansour imen avril 14, 2011 à 1:09

Slt,je suis etudiante en cycle ingénieur ,mon projet du fin d’étude est sur « conception d’une ontologie pour une plate forme e-learning » vous pouvez m’aider SVP.

Répondre

midou avril 24, 2011 à 3:04

slt,vous pouvez m’aider SVP
j’ai besoin un article sur les méthodes de développement d’une ontologie

Répondre

Azzouza avril 26, 2011 à 10:44

Bonsoir
je voudrais vous demander si c’est possible de me guider si vous avez une idée bien sûr .Je voudrais créer une ontologie pour les profils utilisateurs afin d’utiliser cette ontologie pour améliorer le processus de Recherche d’Informations.Merci bcp

Répondre

fifi juillet 16, 2012 à 10:08

bonjour , est-ce-que vous avez trouvé la solution, car je suis devant le méme probléme. j’attends votre réponse. mrc

Répondre

BEOGO Beninré août 12, 2016 à 6:15

Bonsoir! S’il vous plait, je voulais que vous m’aidez avec un exemple concret d’une ontologie

Répondre

Leave a Comment

Previous post:

Next post: