Les pieds et les mains dans le processus d’hominisation

En Afrique du Sud, dans les grottes de Rising Star, des fouilles menées en 2015 par l’anthropologue Lee Berger et son équipe ont découvert des restes d’une espèce inconnue du genre humain, baptisée Homo Naledi.

rising-star


La découverte est importante car cet Homo Naledi pourrait être un des chaînons manquants du passage de l’australopithèque aux premiers représentant de la lignée homo, en premier lieu Homo Habilis.

homo-naledi

A la fin du documentaire L’aube de l’humanité, Lee Berger retient deux éléments de son travail de fouilles et des premières analyses des ossements d’Homo Naledi.

Tout d’abord, la première surprise vient du fait qu’Homo Naledi présente à la fois des caractéristiques Homo mais aussi et en même temps des caractéristiques d’australopithèque. Plus précisément les mains, les pieds et les dents sont incontestablement du genre Homo, mais tout le reste, y compris le cerveau, a des caractéristiques beaucoup plus anciennes.

Pour Michel Burnet, rapporte l’excellent Hervé Morin, “on se trouve face à une situation classique en paléontologie humaine, d’évolution dite en mosaïque  : des individus qui présentent un mélange de caractères modernes et archaïques, avec différentes parties du squelette semblant appartenir à des âges évolutifs distincts”.

Ce qui fait dire en substance à Lee Berger, en fin du documentaire cité :

“C’est comme si l’humanité était venue de l’extérieur. Comme si le processus d’hominisation avait commencé par l’extérieur, par les membres en contact et en interaction avec l’environnement : main, pied, dents.”

Autre conclusion de l’anthropologue : la vision que l’on a de la lignée de l’espèce humaine devrait être complètement renversée. Ainsi, nous ne serions par une espèce qui se serait petit à petit débarrassée de certaines caractéristiques plus archaïques ; l’espèce humaine n’est pas le résultat d’une soustraction, c’est plutôt le résultat d’une addition. Et Lee Berger de préciser en faisant une métaphore :

” L’image de l’arbre pour représenter l’évolution des espèces avec l’homme moderne tout en haut des branches devrait en fait être inversée. Il faut plutôt la voir comme de nombreux ruisseaux qui se rejoignent pour former un fleuve.

Le fleuve de l’humanité s’est nourri de nombreuses espèces et sous-genres qui ne sont pas disparues mais que nous continuons à porter en nous.

10 Fév 2016, 11:41
Défaut:
by

leave a comment

7 Fév 2016, 6:33
Défaut:
by

1 comment

Architecture des APIs dans les systèmes distribués

Les travaux de Owen Rubel sur les APIs sont très stimulants bien qu’assez controversés (autour de moi personne n’en voit l’intérêt). j’essaye ci-après d’en faire une synthèse très partielle et probablement personnelle.

more »

17 Jan 2016, 1:45
Défaut
by

leave a comment

Du microcosme cérébral au macrocosme social

« C’est une crise d’épilepsie ! ».

Alors qu’il se promène sur une plage touristique de la méditerranée, Lionel Naccache (Neurologue) s’exclame tout d’un coup : « C’est une crise d’épilepsie ! ».

Quel rapport peut-il bien y avoir entre un lieu comme une plage et une crise d’épilepsie ?

plage
C’est que cette plage, aménagée pour le tourisme, ressemble à n’importe quelle autre plage de Méditerranée, d’Amérique ou d’Asie : les mêmes aménagements de plage, les mêmes restaurants et bars, les mêmes bateaux, les même animations, etc. more »

Un autre son de cloche

Une interprétation des racines du phénomène terroriste qui nous change de la rhétorique guerrière actuelle.

Elle fait écho à l’interview de Bernard Stiegler dans le Monde : « Ce n’est qu’en projetant un véritable avenir qu’on pourra combattre Daech ».

Le dernier fuseau horaire de la planète

jbr

Dans son petit livre qui retrace l’histoire de CriteoOn m’avait dit que c’était impossible: Le manifeste du fondateur de Criteo, Jean-Baptiste Rudelle a cette remarque intéressante suite à son installation en Californie pour développer l’entreprise sur le territoire américain :

“La Californie, c’est quasiment le dernier fuseau horaire de la planète. j’adore cette sensation de se lever le matin alors que tout le monde entier a déjà fini ou presque sa journée. Moi, au contraire, j’ai encore tout le temps devenant moi.

Dans ma boîte mail, j’ai une centaine de messages, une synthèse de ce qui a été pensé, réfléchi, discuté par les équipes sur tous les fuseaux horaires qui on travaillé avant moi.

Quelle chance d’avoir sous la main toute cette matière, toute cette intelligence collective pour attaquer a journée.”

De la Bureaucratie en Amérique

Si je vous dis : “ que ceux qui aiment et apprécient la bureaucratie lèvent la main !”, il est probable que personne ne se manifeste. On pourrait même penser qu’avec la “dématérialisation” des processus à l’heure du digital, la bureaucratie  serait en train de diminuer et ne serait plus qu’un vague souvenir du XX° siècle.

Et bien c’est faux. Selon David Graeber, l’anthropologue américain qui fut une des figures de proue du mouvement Occupy Wall Street, la bureaucratie devient exponentielle et, si nous croyons qu’elle tend à disparaître, c’est parce que nous nous y sommes simplement habitués. Il y a eu une sorte de naturalisation de la bureaucratie.

graeber

Qu’un anarchiste soit vent debout contre le pouvoir bureaucratique n’a rien de bien surprenant ; jusqu’ici rien de bien nouveau. Mais, la nouveauté vient de l’inquiétude de Graeber quant il dit que, s’il y a bien un discours populiste récurrent qui dénonce la bureaucratie, il n’en existe pas de véritable critique.

Qu’est-ce donc que la bureaucratie ? Et qu’est ce que ce joue autour de son déploiement planétaire actuel ? more »

De quoi l’innovation est-elle le nom ?

Je vous invite à écouter l’excellent podcast de l’émission d’Etienne Klein avec Vincent Bontems, consacré à l’innovation qui explique très clairement l’origine de ce mot jusqu’à son utilisation de nos jours.

A ne pas rater !

Autonomie et théorie de l’agence

Toute initiative qui vise à à favoriser l’autonomie croise, à un moment ou à un autre, l’idée d’autonomie telle qu’elle est véhiculée dans la théorie de l’agence.
Dans la théorie de l’agence, il y a alignement contractuel des intérêts entre le principal et l’agent ; bien sûr l’alignement se fait sur la base des indicateurs qui servent les intérêts du principal.
La théorie de l’agence produit plus souvent un asservissement qu’une autonomie. Que l’on se souvienne de l’autonomie donnée à l’université de Bologne par Frédéric Barberousse pour mesurer la distance de ces deux « autonomies ».
J’ai rarement entendu des gens s’enthousiasmer parce qu’ils travaillaient dans une agence, avec beaucoup d’autonomie. D’ailleurs, les emplois en agence sont les emplois les plus facilement supprimé par l’automatisation.

Conférence : La blockchain au delà du Bitcoin

Dans le cadre de l’académie d’été Pharmakon qui a eu lieu au mois d’Août 2015.