La boucherie de la citation

by Christian on 4 septembre, 2012

En ces temps de mashups et de tweets, les pratiques de citation sont au devant de la scène.

Il y a pourtant des travaux et des oeuvres qui ne se prêtent pas au découpage que présuppose la pratique des citations ou des extraits.

Je prendrais deux oeuvres emblématiques : A la recherche du temps perdu de Proust dans la littérature et L’aurore (Sunrise) de Murnau dans le cinéma. Deux oeuvres immenses qui, bien que dans des champs différents, ont ceci en commun qu’il est très difficile de les découper pour faire des citations ou proposer des extraits.

Prenez un passage qui vous a particulièrement marqué dans la Recherche et vous vous rendrez compte que, sorti de son contexte, il ne produit plus l’effet qu’il a eu sur vous en tant que lecteur. Le retour à Balbec du narrateur qui éprouve la disparition de sa grand mère n’est perceptible qu’après la lecture du premier séjour à Balbec qui disparaît dans l’extrait.

De la même manière, proposez un extrait de L’Aurore, ce film qui provoque un vertige émotionnel époustouflant dans les dernières minutes, et vous vous rendrez compte que l’extrait offre une pale figure dès qu’il sort de l’oeuvre. Je m’y suis personnellement confronté quand il a fallut,  dans la série Shots that changed my life, proposer un extrait de L’aurore (Sunrise) : là ou d’habitude quelques minutes d’extrait suffisent, j’ai allongé démesurément l’extrait en espérant restituer l’émotion, mais ce fut un échec.

L’entrelacement des rétentions, de l’attention et des protentions du lecteur ou du spectateur est si dense que l’oeuvre fait système ; elle entre en résonance avec l’ensemble de ses parties, et c’est cela qui nous touche.

Tout découpage qui prétend extraire des parties de l’oeuvre hors de leur contexte devient alors une boucherie, un acte mortifère pour l’oeuvre et son unité. Mais ce n’est pas pour autant un mal en soi : ainsi l’oeuvre peut irriguer indirectement d’autres cerveaux qui ne l’ont pourtant pas lu, vu ou entendu. Cela permet  par exemple de parler des livres que l’on a pas lu en s’appuyant sur les extractions, citations et commentaires de cette oeuvre.

Toute cette couche de commentaires, citations et extraits est une couche à la fois hermétique et herméneutique. Elle filtre l’accès aux oeuvres, et le filtre peut tout aussi bien empêcher que faciliter l’accès à l’oeuvre.

Print Friendly
Signaler sur Twitter

{ 4 comments… read them below or add one }

karl septembre 4, 2012 à 2:09

Cela pourraît déboucher sur un projet « artistique intéressant. »

1. Prendre un ou plusieurs ouvrages du site gutenberg. Extraire seulement les phrases qui sont twittables et recomposer le livre et le twitter.

2. Prendre un ou plusieurs ouvrages du site gutenberg. Toute phrase qui fait plus de 140 caractères doient être réécrites pour être twittable en 140 caractères. Recomposer le livre avec ces phrases twittables. et bien sûr le twitter.

Répondre

Christian septembre 4, 2012 à 2:35

Un projet similaire a été initié autour de la Technique et Le Temps Tome 1 de Stiegler : https://twitter.com/TechnicsAndTime

Répondre

SoBookOnline septembre 4, 2012 à 5:56

Bonjour Christian,

l’homme que vous évoquez est comparable à celui que décrit Antoine Compagnon dans son gros ouvrage : « La Seconde main ou le travail de la citation » (1979). Il raconte en effet comment, dans les années 1930, un homme s’était constitué une bibliothèque de débris en découpant aux ciseaux les passages qu’il préférait. Pratique qui peut scandaliser (elle scandalisa bien Céline) mais qui témoigne au fond d’un travail de chirurgien. Il s’agit en effet bien de constituer/compiler un livre, c’est-à-dire de s’assurer que l’ensemble des éléments prélevés coexistent bien ensemble, que la greffe a bien pris. On peut aujourd’hui observer la même chose, notamment dans le travail de découpe à l’oeuvre chez les blogueurs-annotateurs, qui prélèvent des extraits de textes depuis le Kindle pour mieux les comprendre dans leur propre espace d’énonciation, les retravailler, les archiver, faire mémoire à leurs côtés : http://www.sobookonline.fr/livre-numerique/livre-social/a-la-recherche-de-la-lecture-asociale-iv-ecrits-de-lecteurs/

Répondre

Christian septembre 4, 2012 à 8:33

Merci Marc

Répondre

Leave a Comment

Previous post:

Next post: