Ils sont fous

by Christian on 15 avril, 2012

Une recherche d’image représentant Joseph et Jésus m’a conduit à celle-ci :

Voici donc le « petit Jésus », accompagné de Marie, devant Joseph et son atelier.

Je reste un instant à regarder cette peinture dont j’ignore l’auteur. Quelque chose m’attire dans ce tableau ; quelque chose qui, en même temps, me gêne. Je pense aux dessins de Martine, ou encore à une image de catéchisme :

 

Tout est très bien éclairé, il n’y a pour ainsi dire aucune part d’ombre, contrairement à représentation de Joseph et Jésus par Latour :

Mais, ce qui me retenait dans cette scène, c’était en fait cette représentation de la piété et de l’innocence.  On croit rêver tant tout cela paraît irréel, factice. Et, certainement, le noeud de la facticité revient au jeu des regards.

Tous ont une activité manuelle : Joseph sa planche, Jésus son équerre et Marie son aiguille à tricoter, mais ils ne regardent pas leurs mains ou l’objet qu’elles manipulent. Se regardent-ils ? On le croit ; jusqu’à ce qu’on y regarde de plus près ; en fait leurs regards se manquent. Ils sont trois dans ce petit espace, et pourtant ils ne se regardent pas. Pour être plus précis, ils regardent tous dans le vide.

La piété supposée du tableau se renverse alors ; ce ne sont plus des illuminés au sens religieux mais au sens psychiatrique ; ils sont fous.

Print Friendly

This work, unless otherwise expressly stated, is licensed under a Creative Commons Attribution 3.0 France License.

Signaler sur Twitter

{ 2 comments… read them below or add one }

karl avril 15, 2012 à 3:33

Les effets des drogues ou du vin du 1er siècle sur la population. C’est en effet une image déplorable à la promotion de ces substances illicites. D’ailleurs les feuilles de cigarettes à rouler sont toujours sur le bord de l’établi. Le costume de bure de Joseph est complètement factice et cache un polo d’une grande marque. Petit oubli du peintre à retoucher avec quelques effets pour uniquement montrer le torse de Joseph.

À mon avis, l’image me fait penser qu’il s’agit bien d’androids utilisés pour la représentation, on peut encore voir leur cercle flottant au dessus de leur tête, tout comme dans le film « Eve no Jikan. »

http://asiankawaii.com/technotaku/EvenoJikanTrailer_DBBE/Eve_no_Jikan_001.jpg

Répondre

Eve La Fée avril 18, 2012 à 11:45

Ce que tu écris me parait vrai pour Joseph, mais faux pour Marie.

D’abord, elle ne tricote pas, elle tient une aiguille à coudre et donc elle coud, reprise ou brode. Surtout, elle ne peut voir les yeux de Jésus, mais elle a le regard un peu dans le vague d’une mère qui lève les yeux de son ouvrage pour vérifier où est son enfant et ce qu’il fait. Des trois, elle est la seule dont l’attitude me semble « naturelle ».

Bon, Jésus regarde son père divin alors que, vu la situation, on s’attendrait à ce que son interlocuteur soit son père physique. L’effet bizarre que ça produit est peut-être voulu.

Enfin Joseph.. rien n’explique qu’il ne regarde pas les yeux de Jésus, ou ses mains, ou bien ses propres mains.. à moins que l’attitude de Jésus le laisse songeur, vaguement dubitatif, et qu’il vive là un grand moment de solitude puisqu’il ne cherche même pas à croiser le regard de Marie pour se rassurer.
Il me fait penser au « Joseph » de la chanson de Moustaki : « .. Pourquoi a t’il fallu, Joseph, que ton enfant, cet innocent, ait eu ces étranges idées qui ont tant fait pleurer Marie ? .. » :)

Répondre

Leave a Comment

Previous post:

Next post: