Bouvard et Pécuchet sont-ils des hackers ?

by Christian on 3 novembre, 2007

Ce rapprochement entre les protagonistes du roman éponyme de Flaubert et la culture Hacker m’est venu tout naturellement. Après tout, ne font-ils pas des expériences tout le temps ? Ne sont-ils pas autodidactes dans leur apprentissage ? Ne font-ils pas çà de manière désintéressée, par pur plaisir d’apprendre et de mettre en pratique ?
Bref, n’a-t-on pas là les prémices de la figure du hacker qui a émergé au siècle dernier ?

Par certains aspects peut-être, mais après relecture de l’oeuvre de Flaubert, il y a certains points qui font que non, Bouvard et Pécuchet ne sont pas des hackers.
Tout d’abord ils sont beaucoup trop scolaires dans leurs études. Ils cherchent en permanence la « règle » pour se contenter de l’appliquer. Ces règles, ils vont les chercher dans les auteurs qu’ils imaginent être les références dans la discipline qui les occupe :

« Les auteurs nous recommandent »

Suit une liste de recommandations contradictoires et un manque de clarté qui fait s’exclamer Pécuchet :

« j’exige qu’on m’en donne la réponse! ».

Tant de paramètres et de conditions particulières font que Pécuchet en arrive à se demander :

« où est la règle, alors ? et quel espoir avons nous d’aucun succès ou bénéfice ? ».

Ils ne sont pas des hackers en ce sens qu’il attendent tout ou trop des livres et des auteurs. Ils cherchent la vérité dans les livres. Veulent la règle.
Or le hacker ne cherche pas la vérité, il cherche la résolution de son problème. Et de plus, il ne se préoccupe pas de savoir dans quelle discipline il se trouve, comme pour s’assurer qu’il ne sort pas les clous.
La pratique est au coeur de l’activité du hacker. Aussi fait-il plus corps avec les obstacles qu’il doit surmonter qu’avec le champ disciplinaire au sein duquel il serait sensé demeurer.
Pécuchet est tout sauf habité par l’esprit pratique et empirique du hacker. Dans sa dispute avec le Docteur il lui lance :

« Vous êtes un empirique alors ? »

et lorsque le Docteur lui répond

« Qu’il faut avoir de la pratique »

à quoi il répond tout de go :

« Ceux qui ont révolutionné la science n’en faisaient pas, Van Helmont, Boerhaave, Broussais, lui-même. ».

Mais finalement, las de la médecine, Bouvard déclare que :

« les ressorts de la vie nous sont cachés, les affections trop nombreuses, les remèdes problématiques – et on ne découvre dans les auteurs aucune définition raisonnable de la santé, de la maladie, de la diathèse, ni même du pus! »

Tout cela motiverait le hacker, alors que cela déprime nos héros.

Ils ressemblent plus à des acteurs qu’à des hackers. Tels ces acteurs qui se « mettent dans la peau » de leur personnage afin de mieux l’incarner, façon « Actors studio ».
Ils posent à chaque nouvelle discipline, se donnent des airs ; il n’y a jamais de transduction dans leur pèlerinage « culturel ».
In fine, ils ne changent pas. C’est peut-être çà la fatalité de la bétise, ne pas être capable de changer.

La bétise s’oppose à l’intelligence. « Intelligence » vient d’interlegere de inter, entre, et legere, choisir. L’intelligence est donc cette faculté de discernerment, cette faculté de distinger.
A ce titre, Bouvard et Pécuchet sont-ils intelligents ? Peut-être pas ; ils distinguent certes, mais à tout va et avec précipitation. Ils cherchent plus à plaquer des distinctions qu’à les découvrir. Chacune de leur aventure finie dans la confusion ; c’est toujours l’esprit confus qu’ils se tournent vers une nouvelle discipline.

Pour finir, le hacker s’inscrit dans une communauté, avec des pairs. Bouvard et Pécuchet eux, sont dans un tête à tête stérile et, de plus, se servent des connaissances acquises pour aller chercher des noises aux autorités locales : le médecin, le curé, l’agriculteur, etc.
Je me suis demandé pourquoi je riais aussi facilement de leur déboires. Car le spectacle de la bétise est souvent génant. Finalement, je me suis dis que si je continuais à rire, c’est parce que, malgré tout, ils avaient quelque chose que même les plus intelligents n’ont pas toujours : l’amitié.

Quoi qu’il en soit, on apprend énormément à suivre les pérégrinations de ces deux imbéciles. Et je dois reconnaître que c’est un peu ma propre bêtise que j’apercevais et que je traquais dans les pérégrinations des deux compères.

Print Friendly
Signaler sur Twitter

{ 0 comments… add one now }

Leave a Comment

{ 1 trackback }

Previous post:

Next post: