Derrida parle : l’animal (7)

L’animal n’existe pas.


Parler de l’animal, au singulier, balaye d’un revers de main la diversité des formes de vie. Dans ce geste exclusif se trouve le germe de l’exploitation, depuis longtemps industrielle, des animaux.

Par sympathie, Derrida écrira le livre “L’animal que donc je suis”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.