Shots that changed my life (22)

by Christian on 16 mars, 2009

Mère et Fils, d’Alexandre Sokourov (Allemagne, Russie – 1997)

Ce fut un choc en 1997 que de voir débouler cet ovni : la rencontre de la peinture d’un Van Gogh  avec le cinéma qui donne à la réalité une dimension fantomatique.

Les règles géométriques de la perception et du visuel sont en quasi-permanence modulées et déformées.

C’est le film que je connaisse qui a le mieux exprimé et représenté la mélancolie.

Print Friendly
Signaler sur Twitter

{ 2 comments… read them below or add one }

arthur mars 19, 2009 à 12:08

est-ce que tous les films qui t’ont marque laissent le spectateur perplexe a ce point la? 😉 bon, j’avoue que je connais le cine russe que tres peu…

Répondre

Christian mars 20, 2009 à 10:30

Peut-être 🙂
Mais regarde les autres de la série, certains te laisseront peut-être moins perplexe.

Répondre

Leave a Comment

Previous post:

Next post: