Vers les « Semantic RIA »

by Christian on 16 novembre, 2008

La question d’une interface graphique (IHM) pour la navigation et la consultation des données au format RDF est une question lancinante pour tout ceux qui veulent participer à la promotion et à la progression du nombre de triplets RDF au sein du Web.

D’un côté le web sémantique est un web of data dont on rappelle qu’il est un web essentiellement pour les machines et plus seulement un web de documents pour l’oeil humain, mais d’un autre côté on sait pertinemment que, pour un type d’application spécifique, il y a un fort intérêt à proposer des interfaces hommes-machines agréables et conviviales.

Rappelons brièvemet les outils qui constituent les pièces du puzzle web sémantique :

  • des outils pour éditer les données en RDF, soit manuellement, soit automatiquement ;
  • des systèmes de stockage des données en RDF, ainsi que des systèmes proposant des endpoint SPARQL pour lancer des requêtes du même nom ;
  • des framework et des librairies pour que les développeurs puissent travailler avec les données en RDF et intégrer des requêtes SPARQL dans leurs applications ;
  • des navigateurs RDF ;
  • des moteurs de règles (ou raisonneurs) OWL ;

Il existe des solutions pour chacun de ces morceaux du puzzle, avec plus ou moins de maturité. Il faut toutefois souligner que le choix d’une des pièces du puzzle peut réduire la latitude sur le choix des autres composants. Face à ce dilemme, OpenLink tire son épingle du jeu en étant présent sur toutes les couches, qui plus est avec des solutions robustes et efficaces :

  • OpenLink Data Spaces (ODS) comme système de gestion de contenu ;
  • Virtuoso qui propose un stockage des données en RDF et un endpoint SPARQL
  • OpenLink AJAX Toolkit (OAT) qui est un framework AJAX pour travailler avec des données en RDF (OpenLink embarque également l’API Jena ) ;
  • OpenLink Virtuoso est également un moteur de règle OWL ;
  • OpenLink Virtuoso, toujours lui, propose également des modules de génération de RDF à partir de bases relationnelles, mais aussi depuis GRDDL, DRFa, et microformats ;
  • OpenLink Data Explorer, qui est une extension Firefox permet également de navigateur sémantique ;
Autant dire que tout projet mettant en oeuvre les normes du web sémantique doit impérativement se pencher sur les solutions d’OpenLink s’il s’agit de faire autre chose que du prototypage, et si l’enjeu est de mettre quelque chose en production qui tienne la charge.

Mais si OpenLink s’impose quand on part de la base, à savoir du stockage des données, avec OpenLink Virtuoso, il n’en va pas de même si l’on se place dans une logique applicative pour laquelle la question n’est plus de faire toutes les requêtes SPARQL que l’on veut à la main, mais plutôt de proposer des interfaces à des utilisateurs. Car après tout, il n’y a pas d’incompatibilité entre l’homme et les données au format du web sémantique. C’est donc là que la question de l’interface se pose avec plus d’acuité.

Si l’on part de la question de l’interface, difficile de ne pas tourner son regard vers Adobe et Flex/Air : les plus belles interfaces graphiques sont en Flex/Flash et ActionScript a été validé par les meilleurs experts venant du monde Java, même par Bruce Eckel, l’auteur de « Thinking in Java « , qui écrit :

« the power of the ActionScript language tools along with the hybrid type checking (mostly static for tool support in Flex Builder, but dynamic whenever it’s convenient) makes for a programming experience that I find much more straightforward and pleasing than Java. »

Les Interfaces Riches amènent de nouvelles valeurs pour les standards du web sémantique :

  • une programmation événementielle qui à amène à repenser les logiques applicatives traditionnelles ;
  • des composants graphiques élaborés et très faciles à manipuler ;
  • une parfaite adéquation avec les architectures orientées ressources (dans la lignée du style REST) qui supposent un découplage entre les ressources et la manipulation des ressources ;

Tout est en place pour que le couple RIA + Web Sémantique entre en résonance avec les « Semantic RIA ». Et les premiers projets allant en ce sens là sont apparus cet été.

Tupelo est une API pour manipuler de manière générique des données en RDF (un peu comme JDBC pour les bases de données relationnelles) qui permet de s’abstraire des spécificités de certaines APIs qui implémentent le stockage RDF sur des bases de données (Jena ou Sesame).
En s’appuyant sur Tupelo, le projet Tupelo Air a implémenté des librairies Actionscript pour manipuler des données en RDF et les services de connexion de Tupelo :


Plutôt que de faire un long commentaire, jetez un oeil au screencast de ce client riche (attention, temps de chargement significatif).

Je crois donc qu’il faudra suivre de près, dans les prochains mois, les évolutions des librairies d’Actionscript et les projets de la communauté des développeurs Flex car c’est aujourd’hui autour de Flex que convergent les logiques d’architectures orientées ressources, les RIA et l’utilisation des standards du web sémantique.

2009 l’année des « Semantic RIA » ?

Print Friendly
Signaler sur Twitter

{ 0 comments… add one now }

Leave a Comment

{ 2 trackbacks }

Previous post:

Next post: