Google vient donc de rendre disponible son service Knol, qui est une encyclopédie en ligne.


Avant de rendre disponible son service, Google a pris soin de l’alimenter avec des Knols, ces “unités de connaissances”, remplies par des universitaires américains, pour la plupart des docteur en médecine. On ne s’étonnera donc pas de voir pas mal de blouses blanches dans les premiers auteurs d’articles.

Tout cela fait un peu mise en scène pour une publicité de dentifrice mais bon, cela indique clairement que cette encyclopédie, Google l’imagine certainement comme très complémentaire à son initiative de site collaboratif sur la santé, j’ai nommé Google Health. Et quand on voit que le premier forum français en trafic et nombre de message est, et de loin, Doctissimo, on comprend les appétits des acteurs web sur ce sujet.

Pour l’instant le site est en américain et pour les américains. Non seulement à cause de la barrière de la langue mais aussi dans son fonctionnement ; j’ai en effet créé un profil avec deux knols mais je n’ai pas pu vérifier mon identité car le mécanisme de vérification ne marche qu’avec des cartes de crédits et des téléphones mobiles US.

Et Wikipedia dans tout çà, qu’est ce que çà change ?

Dans Wikipedia, chaque article est un consensus derrière lequel les auteurs s’éffacent (bien que leur contribution apparaisse et soit tracée dans le backoffice). Sur Knol, il y a plusieurs mécanismes d’autorité qui sont mis en place :

  • L’auteur est une des autorités de l’article : sa photo, son nom, son titre, et son identité qui est vérifiée par Google.
  • Cette autorité nominative et individuelle est complétée par un système de notation aussi bien sur l’auteur lui-même que sur chacun de ses articles.
  • Un mécanisme de commentaires s’ajoute comme espace critique sur chaque article.
  • L’auteur d’un article peut ouvrir son article à des modifications, soit de manière ouverte et immédiate, soit en se laissant la possibilité de valider les modifications avant changement.

Knol donne la possibilité de distinguer deux rôles, celui d’auteur / contributeur de celui de propriétaire, se dernier pouvant :

  • choisir les auteurs / contributeurs
  • fixer les règles de collaboration et de participation sur chacun de ses articles.
  • choisir les modalité de licence et de droits d’auteur.
  • mettre en place ou non de publicité sur ses articles (et donc de pouvoir être rémunéré)

Efficace et loin du gloubiboulga de wikipedia (qui parle ? la sagesse des foules ?) ; mais dommage qu’une institution ou une organisation ne puisse rentrer dans le jeu (en tout cas sans pouvoir vérifier son identité), car on sait que pour Google n’aime qu’une organisation : la sienne, qui organise l’information pour le monde entier (en prenant sa com’ au passage).

Merci quand même à Wikipedia pour ces longues années de bon et loyaux services et pour avoir démontré à la fois les forces et les limites d’un Wiki à très grande échelle.

ps. Vous pouvez arrêter vos wikis d’entreprise et commencer à chercher un équivalent à Knol pour vos intranets.