Shots that changed my life (14)

by Christian on 29 juillet, 2007

Maine Océan, de Jacques Rozier, 1986, France.

Jacques Rozier n’a fait que cinq longs métrages :

  • Adieu Philippine – 1962
  • Du côté d’Orouet – 1973
  • Les naufragés de l’île de la tortue – 1976
  • Maine Océan – 1986
  • Fifi Martingale – 2001

Tous ont un point commun, outre le fait d’être de grandes oeuvres cinématographiques : il y est question de vacances.

Les personnages sont toujours embarqués dans une histoire qu’ils ne maîtrisent pas. Il y est souvent question de départ en congé, mais rien n’est planifié ni prévu d’avance : les rencontres font l’aventure.

A l’heure où l’on prépare ses vacances comme un projet : date de début, date d’arrivée, parcours, réservation, budget, etc. Les vacances des personnages des films de Rozier ressemblent plus à des bouchons lancés à l’eau et flottant au gré des courants. Dans le rôle du bouchon, Bernard Menez (Du côté D’Orouet et Mane Océan) met en place une figure importante du cinéma français.

Chaque film de Rozier nous emmène beaucoup plus loin que ce à quoi l’on s’attendait, et même après plusieurs visionnages. Car c’est le vécu qu’arrive à restituer Rozier.

Il se passe une chose formidable lorsque je vois un film de Rozier : j’ai toujours la sensation d’avoir passé 15 jours de vacances à la fin de la projection.
Dans l’extrait ci-dessous, Bernard Menez, après une aventure humaine forte, cherche à revenir à la terre ferme, comme s’il voulait sortir du film. Mais dans cette lagune surexposée, où la mer et la terre se confondent, le temps et l’espace s’étirent infiniment pour faire place au rêve et à la part onirique de tout voyage.

Il se dit que Rozier devrait sortir un film en fin d’année 2007 ; il y aura donc de belles vacances à Noël !

Maine Océan

 

 

Print Friendly
Signaler sur Twitter

{ 0 comments… add one now }

Leave a Comment

{ 1 trackback }

Previous post:

Next post: