Shots that changed my life (16)

Freaks, Tod Browning, USA 1932.

On ne retiendra pas la morale de l’histoire qui veut que les monstres ne sont pas ceux que l’on croit, et que l’habit ne fait pas le moine. Tod Browning lui-même n’y croit pas, fondant son récit sur la vengeance.

Victime d’un grave accident de la route en 1915, où il fut sérieusement blessé au visage et à la jambe, Browning était, je crois, obsédé par les mutilations ; que ce soient celles de la fatalité de la naissance ou celles de l’accident.

Dans Freaks, les monstres se lâchent pour de vrai, en donnant à voir le visage et le comprtement que l’on attend d’eux, celui de nos cauchemards.
Diamant noir du cinéma d’épouvante pour celui qui réalisa également le Dracula de 1931 avec Bela Lugosi.

Download Freaks

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.