Les définitions du « mème »

by Christian on 2 février, 2006

Tirées de l’ouvrage de Pascal Jouxtel, dont je recommande la lecture, voici quelques définitions du mème issuent des travaux de ceux qui ont marqués l’évolution et la constitution de la mémétique :


Dawkins (1976) :
L’unité de base de l’information culturelle. Un réplicateur dans la nouvelle soupe de la culture humaine. Comme exemples de mèmes, on peut citer les mélodies, les slogans, les modes vestimentaires, les façons de fabriquer des pots ou de construire des arches. Les mèmes se propagent dans le bassin mémétique en sautant de cerveau en cerveau, par le biais d’un processus qui, au sens le plus large, peut être appelé « imitation ».

Dennett (1994) :

• Un mème est une idée qui prend la forme d’une unité mémorisable distincte, il est propagé (extérieurement) par des véhicules qui en sont les manifestations physiques (livres, objets, comportements).

• J’appelle ces nouveaux envahisseurs des « mèmes« , et le genre radicalement nouveau d’entité créées lorsqu’une sorte particulière d’animal est infestée de mèmes, est généralement ce qu’on appelle une « personne ».

Plotkin (1995) :
Un mème est une unité d’hérédité culturelle analogue au gène. Ce sont les représentations internes cachées de la connaissance qui, combinées à l’influence de l’environnement, produisent un comportement externe et des artefacts, tels des minijupes ou des ponts.

Brodie (1996) :
Selon Brodie, un même est une unité d’information contenue dans un esprit et dont l’existence influence les événements, de sorte qu’un nombre plus grand de copies d’elle-même est créé dans d’autres esprits. Les mèmes sont des instructions exécutées par le cerveau.

Bloom (1996, synthèse Jouxtel) :
Les mèmes sont les visions grâce auxquelles toute entité supra-humaine se constitue en se distinguant des autres, au besoin par l’agression.

Lynch (1996) :
« Une idée activement contagieuse est un mème« . Exemple du tabou religieux des Amish contre les machines agricoles modernes. Les mèmes, selon Lynch, sont des règles de vie : croyance, interdit, préjugé ou règle de conduite. Exemples des agressions racistes, du port du préservatif ou de la croyance en un dieu unique.
Blackmore (1998) :
Les mèmes ne sont pas des entités magiques ou des idées platoniciennes flottantes, mais de l’information logée dans des mémoires humaines, des actions et des artefacts. Exemple de la soupe : le mème est-il dans la tête des convives, dans la recette, ou dans le savoir-faire du cuisinier ?

Lynch (1998, reformulation Jouxtel) :
Un mème est un élément mémoriel ou une portion de l’information neuronale stockée dans le cerveau, identifiée par le système d’abstraction de l’observateur et dont la manifestation découle de façon critique d’une précédente manifestation du même élément mémoriel chez un ou plusieurs porteurs.

Cloak, repris par Lynch (1998) :
Un mème est une instruction mentale autoréplicative qui oriente le comportement et génère des événements perceptibles.
Baquiast et Jacquemin (2001) :
« On désigne par le terme de mème les contenus sémantiques ou symboliques circulant, mutant et entrant en compétition darwinenne dans les réseaux constitués par les cerveaux humains et les moyens de communication, traditionnel ou modernes, reliant des hommes entre eux.

Aunger (2001) :
Selon Aunger les mèmes ne sont à rechercher ni dans les comportements ni dans les artefacts, car l’information n’est pas « active » dans l’observé, mais seulement dans le cerveau, car c’est lui seul qui est « motivé » dans la reconnaissance d’une forme particulière.
Un neuromème serait un état d’un noeud de réseau neuronal (un carrefour composé d’un ou de plusieurs neurones) capable d’induire la réplication de cet état dans un autre noeud.

Oxford English Dictionnary :
« Élément d’une culture pouvant être considéré comme transmis par des moyens non génétique, en particulier par l’imitation »

***

Je vous recommande chaudement la lecture de cet ouvrage majeur, en langue française, proposant une introduction à la mémétique :


« Comment les systèmes pondent : Une introduction à la mémétique » (Pascal Jouxtel, Jean-Michel Besnier)

Print Friendly
Signaler sur Twitter

{ 0 comments… add one now }

Leave a Comment

Previous post:

Next post: