La fonction managériale du doute

La figure dominante du manager est le learder, celui qui sait, et qui a une vision. Il semble admis que le dirigeant ne doit pas douter, ou plutôt, ne doit pas montrer qu’il doute. Il doit afficher une conviction et une certitude inébranlable. Mais je ne rencontre pas ce type de personnalité, qui semble plus proche de l’exception, voire du romanesque.

Et pourtant, le doute est une fonction clé du management : il y a une fonction managériale du doute car douter ne signifie pas seulement “manquer d’assurance” ou “hésiter”. Bref, le doute n’est pas un no man’s land de la décision et de l’action. Il a une véritable fonction cathartique.

La première fois dans l’histoire que le doute apparaît dans sa fonction cathartique est, à mes yeux, dans l’utilisation de l’hypothèse. L’hypothèse est une technique qui permet d’avancer dans un raisonnement sans pour autant avoir de certitudes. L’utilisation de l’hypothèse, le doute sceptique, le doute méthodique de Descartes, l’utilisation du doute pas Husserl pour fonder sa phénoménologie transcendantale : les exemples ne manquent pas pour illustrer la force et les vertus du doute.
Dans le questionnement sur la crise actuelle du management, l’élucidation d’une fonction managériale du doute constitue une véritable condition a priori.

Bonjour,

Je suis actuellement en dernière année d’école de commerce. Je suis en phase de recherches pour mon mémoire. J’ai choisi le thème de la décision et je me pose la question des moyens à disposition du manager pour éviter l’erreur. Il me semble que le doute (des procédures, de ses propres réflèxes, de sa rationalité etc.) est un moyen primordial mais que la culture du doute est trop peu blebiscitée par les organisations. Votre article me semble rejoindre cette idée, c’est pourquoi je m’adresse à vous : j’aimerai savoir si vous avez des références, des ouvrages, ou plus simplement des pistes de réflexions qui pourraient m’être utiles ?

Je vous remercie par avance,

Cordialement

Anne

[Reply]

bonjour Anne : je n’avais pas de référence particulière en tête en écrivant cette note, si ce n’est que je mettais en corrélation le rôle et la fonction du doute dans l’histoire de la philosophie en regard de ce que l’on voit généralement dans le management et la littérature sur le management.
Cela dit, vous pouvez lire “Les décisions absurdes” de Christian Morel et bien sûr une partie de la littérature sur le management et l’organisation comme par exemple les travaux de Mintzberg et ceux de Peter L.Bernstein sur le risque (ie. la prise de décision et l’approche probabiliste et statistique)

[Reply]

Merci beaucoup.

[Reply]

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.