6 Juin 2010, 5:09
Défaut
by

18 comments

Écrans multiples

Je viens de faire l’acquisition d’un écran supplémentaire pour travailler avec deux écrans grâce au système du bureau étendu. Mais les choses ne sont pas aussi simple que je l’avais imaginé.

Dans un premier temps, j’ai affiché sur l’écran supplémentaire tout ce qui était “message communicationnel” : réseaux sociaux, messagerie électronique, instant messaging. Cette configuration, que j’appelle la configuration du “veilleur de nuit”, place le dispositif des écrans dans une configuration de surveillance. Mais c’est un mode relativement passif qui peut rapidement devenir abrutissant tant il se rapproche d’un mode télévisuel.

Finalement, je me suis dit que les systèmes de notifications dans l’écran principal convenaient très bien et qu’il n’y avait pas lieu de réserver mon deuxième écran à cela. Restait donc à trouver un nouvel usage pour ce deuxième écran.

AL Gore dans son bureau avec 3 écrans. Manifestement, il fait de la surveillance

Après plusieurs essais, je me suis rendu compte  que, pour avoir un bon usage du deuxième écran, il fallait que le travail effectué nécessite la consultation simultanée de plusieurs documents (avoir un environnement de programmation sur plusieurs écrans est le cas de figure le plus valorisant pour l’utilisation d’écran multiples). Dans mon cas, cette utilisation n’est pas si fréquente que ce que j’avais cru, aussi le temps que je passe à vraiment travailler avec les deux écrans est au final très réduit.

Je me permets ici un aparté en précisant que j’ai été attentif à prendre un moniteur DELL (les moniteurs Apple sont beaucoup trop fermés avec leurs connectiques limitées et/ou propriétaires) qui soit compatible avec la PS3.  Là, j’ai fait rentrer le loup dans la bergerie, car je m’aperçois que le temps d’utilisation du deuxième écran est largement consacré à la PS3.

Bref, je me retrouve avec un temps d’utilisation du deuxième écran avec l’ordinateur qui est plutôt faible. Mais, ce qui m’a encore le plus surpris c’est que je me suis aperçu que, lorsque j’étais concentré sur l’écran principal, la présence d’un deuxième écran lumineux sur le côté devenait rapidement insupportable. Ce qui m’oblige à passer mon temps à allumer et éteindre le deuxième écran.

Le bilan est donc très mitigé pour moi après une dizaine de jours d’utilisation, mais peut-être que vous avez trouvé un meilleur dispositif et un meilleur usage des écrans multiples ? De plus, j’imagine qu’avec trois écrans, la complexité pour trouver un bon équilibre doit être encore plus grande.

on parlait de ça récemment avec René Audet http://contemporain.info/audet/ en constant avec amuisement usages parfaitement symétrique

pour moi, l’écran (Samsung 22″) à gauche de l’ordi avec Firefox et les fichiers en travail, qu’ils soient textes (Pages) ou site (Dreamweaver, Acrobat Pro, PhotoShop) etc, en gardant sur l’écran 15″ du MacBook toutes les fonctions de commande, Bridge, Finder, icônes et dossiers, les menus et dock, plus l’e-mail et la fenêtre Spotify

René avait, de façon parfaitement symétrique, ses menus et commandes sur le grand écran, et gardait l’écran de son MacBook 13″ pour le fichier en cours, sans rien pour le perturber

jamais eu cette sensation d’être “perturbé” par 2ème écran, plutôt gêne mineure d’avoir le visage un peu oblique puisque le MacBook est devant moi cause clavier (que je ne regarde pas pour taper)

je ne rêve pas de 3 écrans, mais l’an passé j’utilisais un petit Dell Ubuntu 9″ en //, et là j’arrête pas de gamberger sur achat d’un PowerBook 12″ que je n’utiliserais que pour les notes perso et les textes en cours, hors connexion, et hors bureau (pour écriture perso premier jet, très rare que je reste à mon bureau, et encore plus rare à 2 écrans)

à noter aussi que je garde Firefox ouvert sur le grand écran pour mon travail site, mais que j’ai souvent Chrome ouvert en petite fenêtre sur le petit écran pour recherches rapides ou éviter me planter dans mes onglets Firefox

en tout cas merci, Christian, très important pour nous tous qu’on prenne en charge ce genre de réflexion, la notion de multi-tâche en lecture/écriture/travail pas assez collectivement pensée encore dans ses implications

[Reply]

J’ai un écran 24 pouces sur lequel est branché le macbook 13 pouces. Je n’ai pas de stratégies a priori pour le placement dans un espace donné.
Les deux écrans sont placés l’un au dessus de l’autre donc le macbook en bas et le 24″ au dessus. J’ai placé la barre du Finder sur le 24″ de façon à conserver les menus en haut.

Mon dock est en autohide sur la gauche.

Les deux écrans offrent de la surface, pas de la segmentation de tâches. La surface est importante pour le travail d’édition par exemple. J’écris presque toujours dans un éditeur de texte. Par exemple je me rends compte que ce commentaire est long et donc je ne le tape plus dans le navigateur mais dans une fenêtre de Textmate que j’ai ouvert. Encore une fois avoir de la surface pour voir sa prose. La surface donc j’en ai besoin car j’édite beaucoup. Avoir la fenêtre du navigateur, l’éditeur de texte, NetNewswire, etc. tout cela ne se chevauchant pas et étant étalé.

En ce moment il y a le navigateur Web, TextMate, NetNewswire et deux trois fenêtre de finder ouvertes car je récolte des documents sur la mission Iwakura.

En revanche (et c’est là que c’est important) j’ai neuf espaces de travail (c’est à dire 18 écrans 😉 ). Les espaces de travail sont plus importants pour moi. donc 11 12 13, 21 22 23, 31 32 33 (modèle LigneColonne)

Il y a celui ci même 12 où j’écris en ce moment décrit juste avant.

* Ctrl+flèche droite 12 vers 13: Environnement de mail avec Apple Mail et quelques fenêtres de messages laissées ouvertes.
* Ctrl+ flèche bas 13 vers 23: Calendrier ical
* Ctrl+ flèche gauche 23 vers 22: adium, twitter, IRC
* Ctrl+ flèche gauche 12 vers 11: fenêtre de Shells

Les 4 autres espaces sont rarement utilisés : 21, 31, 32, 33, mais sont là au cas où je travaille sur un dossier précis et que je veux de la concentration dans cet espace.

Adium me notifie des messages personnels pour certaines personnes grâce à Growl.

Le gros problème de l’interface d’apple. Il a très peu de mémoire de l’arrangement des espaces entre branchage et débranchage. Il a une bonne mémoire et cela se règle dans les préférences du contexte de lancement de l’application.

Fonctionnant en permanence sur le macbook :
Adium, Tweetie, XChat Aqua, Terminal avec 4 shells en Tab, Firefox avec 53 tabs ouvert (moitié moins que d’habitudes j’ai fait du ménage la semaine dernière), Photoshop, TextMate, Apple Mail, NetNewsWire, iCal.

Optionnel: Omnigraffle, VLC, addressbook, iTunes, BookPedia, DVDPedia, Apple Preview.

[Reply]

ici c’est plus simple… le deuxième écran je l’ai allumé 3 jours (pensant y porter soit planning, et tâches de gestion, et garder sur écran du portable le “cœur” du travail… soir d’y porter tout ce qui est maquette et graphisme car écran plus grand)… et en définitive complètement laissé tombé.
tout est géré (mac) par coins actifs d’écran de Exposé et Spaces (pref syst) + options de dock avancées proposées par Onyx, pour aller chercher fichiers et appli ouverts mais cachés en sous-couches

[Reply]

Adepte aussi du double écran, depuis des années. Mon MacBook en face de moi, et un second écran (ne me souviens plus de la marque !) positionné à droite. Je trouve que c’est indispensable pour travailler sur plusieurs documents, couper / coller de l’un à l’autre, comparer des documents. Firefox est toujours ouvert, avec souvent de nombreux onglets que j’oublie de refermer, le trio Gmail, Google Reader, Twitter à portée de clic, la messagerie pro sur Entourage. Je dois faire un véritable effort pour me souvenir de la manière dont j’utilise un écran plutôt que l’autre, en fait je crois que ce n’est guère systématique, j’aime bien pouvoir étaler un peu, mais je n’aime pas installer des routines, aussi cela varie, je fais glisser les fenêtres d’un écran à l’autre, selon les activités que j’ai, qui sont souvent entrecoupées. De plus en plus l’impression de vivre dans un flux, de traiter les choses au fur et à mesure, iCal ne doit jamais être très loin pour vérifier disponibilités et monter réunions et rendez-vous. Il est bien rare que je fasse exactement ce que j’ai prévu de faire au moment où je l’ai prévu, je gère en permanence interruptions, inattendu. M’aperçois aussi que les mails, que ce soit sur Gmail ou Entourage me servent souvent de mémoire, de base de données, me permettent de retrouver des coordonnées, et même parfois des fichiers joints que j’ai moi-même envoyés, et que je retrouve plus vite ainsi.

Curieusement, en mobilité, ou quand je travaille chez moi, je me contente d’un seul écran et je m’en accommode très bien. Simplement, dans mon bureau, lorsque j’ai les deux écrans, je me sens plus installée, plus immergée dans le travail, et j’aime assez cette sensation d’avoir ce double tableau de bord, et de jongler avec toutes ces fenêtres, sans vraiment prêter attention à laquelle sert à quoi, puisque je dois faire un tel effort pour me souvenir de l’usage que je fais de l’une ou de l’autre.
Peut-être, tout de même, que je pourrais dire que l’écran de droite me sert plutôt à afficher des choses, et que systématiquement le document sur lequel j’inscris quelque chose est situé sur l’écran qui me fait face, bien qu’il m’arrive, di je m’interromps par exemple pour répondre brièvement à un mail, d’avoir la fenêtre entourage ouverte à droite et d’écrire inconfortablement, en tournant la tête, pour éviter de bouger le document sur lequel je suis en train de travailler.

Cette conversation me rappelle un de mes premiers échanges en ligne, en 96 ou 97 je ne sais plus, sur le forum nommé “Electric Minds” et animé par Howard Rheingold, qu’il y avait un lieu où les gens décrivaient leur espace de travail, on ne publiait pas aussi facilement qu’aujourd’hui des photos sur les forums, alors les gens décrivaient leur bureau, ce qu’ils voyaient de leur fenêtre, comment leur ordi était installé, les objets qui les entouraient. C’était complètement inédit à ce moment là, étrange et très excitant d’entrer en contact avec des inconnus, la plupart californiens d’ailleurs sur ce forum, les descriptions étaient souvent drôles, terriblement vivantes : d’un coup, la planète avait rétréci.
(du coup, j’ai essayé de retrouver Electric Minds avec wayback machine, et de revoir simplement le logo m’a donné un petit frisson nostalgique, ici : http://web.archive.org/web/19980515223205/http://minds.com/ )

[Reply]

rectif mon début de mail trop matinal (ouh la honte) il fallait lire : “constatant avec amusement usages parfaitement symétriques” – je constate après lecture que Karl me fait encore plus sourire!

aimerais que passe ici urbanbike – pour moi c’est très très important travailler sur table nue avec le minimum d’objets – je ne vois pas comment je pourrais mettre mon 2ème écran au-dessus de mon Mac sans support ou à moins mettre la table face au mur avec étagère (beurk)

et merci pour la photo de l’homme aux 3 écrans et kilotonnes de papier (astreinte à zéro papier pour ma table ordi)

[Reply]

Un seul écran (macbook 13′) ; ai acheté un 22′ semaine dernière, ai été déçu (pas tellement du dispositif que de l’écran lui-même, flou – à moins que mes yeux) et l’ai rendu sans éprouver un réel manque depuis – et donc me disant à présent que le besoin n’était peut-être pas réel…)
Je remarque que le système des espaces/bureaux multiples sous MacOSX et Linux lui me semble incontournable, dans ma pratique (nécessité d’avoir des espaces différents) et du coup, écrans multiples ou espaces/bureaux multiples, je m’interroge sur la spatialisation de ma “pensée” (hum, bien grand mot… disons plutôt =>) la spatialisation des flux qui se mêlent en grand bordel dans ma tête : est-ce que ces espaces visuels (écrans ou bureaux) n’aideraient quand même pas un peu à organiser tout ça ?

[Reply]

D’où (je me fais suite 😉 ) : tu as beau avoir un truc gris et blanc et mou dans ton crâne, si rien ne vient t’aider à poser tout ce qui en sort quelque part, ça reste un fatras sans nom – rien de nouveau là-dedans, mais une autre question : le papier faisait de même (tu peux avoir plein de feuilles devant toi) mais les écrans, eux, produisent en même temps (dans le temps où tu mets à plat) des messages qui vont peut-être changer ce que tu mets à plat.
D’où : ces espaces/bureaux/écrans supplémentaires, ça change quoi dans la manière de penser ?

[Reply]

6 Juin 2010, 7:41
by Boris Anthony

reply

MacBook Pro 15po, Dell 30po (si, 30).
Spaces, avec le maximum, 16 espaces.
Meme setup au bureau qu’à la maison.
Je travaille comme ça depuis des années. Impossible de faire de quoi d’autre que l’email sans.

Invocation de Spaces est faite avec une “gesture” souris vers le coin droit supérieur.

J’image ça un peu comme ça:
J’ai deux tables: une petite où se trouvent les sources et outils pour la tâche. Sur la grande, je fais la besogne.
Multiplié 16 fois.

Avant que vous dites “qui a besoin de tellement d’éspace?!” souvenez vous des mots immortels de Bill Gates: “640K is more memory than anyone will ever need” 🙂
(Je travaille comme ça depuis des années. Lentement, les gens autour de moi suivent… 😉

[Reply]

Amusée de vous lire, moi qui travaille dans ma cuisine sur un petit Mac Book élémentaire (et avant ça : un PC portable de taille standard), déjà bien contente d’avoir dans l’appartement trouvé une table à squatter.
Et quand bien même un peu plus de place : luxe inouï pour moi que ces grands écrans là.

Donc la question de la fonctionnalité, de la meilleure organisation et du temps gagné ne se pose tout bonnement pas.

[Reply]

c’est vraiment une bonne nouvelle que tu n’aies plus besoin de ce grand écran encombrant… comme je galère un peu avec mon MBP 13″, je t’envoie mes coordonnées pour la livraison 😉
Blagues à part, quand je travaille avec un écran supplémentaire, je “désactive” le MBP en lui mettant un fond d’écran noir. Moi aussi, ça me gene une source lumineuse supplémentaire. s’il est grand, un seul écran me suffit, je glisse juste à l’occasion une vidéo ou un texte sur le petit écran d’a coté, mais ce n’est qu’un stockage très provisoire, une “desserte” dirais-t-on en arts de la table..
En revanche, mon voisin de bureau fais du montage vidéo, et il n’a jamais assez de ses deux immenses écrans. Un pour le banc de montage, l’autre pour voir le résultat en plein écran, avec un maximum de détails. J’ai donc tendance à penser que l’utilité réelle du deuxième écran est une question de métier. J’écris, je me focalise sur un texte. Il fait de la vidéo, il a besoin des “coulisses” et de la “scène”. je pense qu’il en va de même pour les graphistes.

[Reply]

J’ai un mac avec un écran 22″ et un macbook. J’utilise les 2 en parallèle avec teleport qui me permet de passer la souris, le clavier et le presse-papier d’un mac à l’autre.
Mon portable est mon ordi principal. Quand je fais de la PAO, j’utilise screenrecycler et jollyfast pour étendre le bureau de mon portable sur l’écran 22″ et j’utilise la souris et le clavier du mac de bureau.
Bref, vous n’avez peut-être rien compris, mais j’ai comme 2 ordi en un…

[Reply]

je savais que chez UrbanBike ça ne pouvait pas ressembler à la photo d’en haut !
http://www.urbanbike.com/index.php/site/woordserve-de-chez-unite/

[Reply]

Alors, pas de Mac Book Pro, mais j’arrive à faire du multi-écran quand même. Configuration : 17″ en mode portrait et 26″ en paysage. Le PC portable est branché sur les deux, le Mac n’est branché que sur le 26″. Sur PC (2 écrans donc), utilisation de Winsplit révolution pour partitionner, une configuration régulière est un quasi trois-tiers portrait (un sur le 17″, deux sur le 26″). Pour les logiciels bien conçus, la disposition est organisée pour un aspect portrait. Sinon en environnement de développement informatique, l’IDE est en plein écran sur le 26″, la fenêtre de test sur le 17″.

[Reply]

Il y a apparemment beaucoup plus d’écrans multiples que ce que je n’aurai cru.

L’option de mettre l’écran externe au dessus comme le fait Karl m’intéresse beaucoup, je pense que je vais essayer çà pour ne pas avoir cette sensation d’écran lumineux dans le coin de l’oeil.

La logique des espaces de travail semble très appréciée. Je vais faire une tentative mais je n’ai pas bien compris l’intérêt de mette une appli dans un espace car il suffit de cliquer l’icone de l’appli dans le dock pour y avoir accès immédiatement. Quel intérêt aux espaces alors ?

La distinction entre la petite table de préparation et la grande table d’opération est intéressante également, mais le grand écran externe reste pour moi assimilé à des tâches secondaires. J’ai besoin d’avoir la proximité écran/clavier du portable pour faire le moins d’aller retour oculaires (je regarde pas mal le clavier quand j’écris en fait).

Merci à tous pour vos témoignages, et notamment à Virginie pour la madeleine 🙂

[Reply]

À mon avis al gore a juste besoin de ranger son bureau.

[Reply]

http://roomfordebate.blogs.nytimes.com/2010/06/07/first-steps-to-digital-detox/

Ce qu’il faut c’est repenser une nouvelle écologie pour le cerveau.

[Reply]

[…] | ajouté en commentaire chez Christian Fauré au sujet du travail sur double écran […]

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.