Au travers des Oliviers Abbas Kiarostami, Iran, 1994

Il s’agit de la dernière séquence du film. Je me souviens encore de la première fois où j’ai vu le film, je n’arrêtais pas de me dire :

Non, il ne va pas le faire ! Il ne va pas oser !?

Et bien si, il l’a fait : un plan avec une profondeur de champ qui va jusqu’à l’horizon dans lequel on suit les deux personnages, réduits à de petits points blancs dans la campagne.

Euphorique.