Pour en finir avec la mécroissance

L’ouvrage collectif, que j’ai co-écrit avec Bernard Stiegler et Alain Giffard, vient de sortir.

En avant-goût, voici les paragraphes de la partie que j’ai rédigé et qui s’intitule Dataware et infrastructure du Cloud Computing :

§1. La nouvelle infrastructure du numérique
§2. Les services web
§3. La pharmacologie des API
§4. Du DataWare au DataWars
§5. Le web comme plateforme
§6. Service et leasing
§7. Effet de réseau et passage à l’échelle
§8. Vitesse et temps de réponse
§9. Les défis technologiques du Cloud Computing
§10. Une seule instance
§11. Une logique industrielle de masse
§12. Green IT
§13. Le big switch
§14. Le déasjustement du cloud computing
§15. Crise dans l’industrie de l’informatique de gestion
§16. Le débat entre logiciel libre et logiciel propriétaire devient secondaire
§17. Le secteur des télécoms et la neuralité du net
§18. Le réajustement par défaut
§19. Le coût d’opportunité
§20. La re-configuration nécessaire des organisations sous l’effet du cloud computing
§21. L’économie du don à l’épreuve du web
§22. Faire parler les données
§23. La dimension cybernétique du Cloud Computing
§24. L’incurie de la puissance publique

Champagne ! (ou bière, c’est bien aussi)

[Reply]

Un sommaire très intéressant. Il ne me reste plus qu’à me le procurer ?
Il me semble qu’Alain Giffard avait dans l’idée de poursuivre la thématique de manière plus collaborative ?

[Reply]

@ Jn : Limonade, c’est la crise 🙂

@Olivier : De manière plus collaborative je ne sais pas, mais de l’exposer sur son blog oui, me semble-t-il.

@ tous : merci d’aller dans toutes les librairies et mettre le livre en tête de gondole (ce que je fais depuis aujourd’hui) 😉

[Reply]

Congratulations

[Reply]

Excellente nouvelle, ça sent le best-seller ! Les blogs, les rencontres et les vidéos, c’est bien, mais je suis curieux de voir ce que ça donne dans un livre 😉

Félicitations !

[Reply]

Par le titre, cela me fait penser au concept de décroissance prôné par entre autres René DUMONT.
Y vieindrons-nous ?

Voir
http://fr.wikipedia.org/wiki/Ren%C3%A9_Dumont
et
http://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9croissance_soutenable

Cordialement,

Wadaël

[Reply]

[…] Pour en finir avec la mécroissance S’abonner aux commentaires Commentaire | Trackback | Tags : ars industrialis, bernard stiegler, […]

@ Christian

J’aurais bien voulu le mettre en tête de gondole à la FNAC, mais j’ai pris le dernier. Il part vite, ce livre !

Je ne l’ai pas encore fini, mais je me régale !

[Reply]

Pourquoi ne pas mettre ce livre en ligne, libre acès et gratuit, comme l’a fait Pisani avec son Alchimie des Multitudes, et par delà poser les premières pierres de l’économie de la contribution ? 🙂

[Reply]

@ martial : c’était ma première requête à Flammarion mais elle n’a pas eu d’écho (à ce jour).
Pisani a édité chez Village Mondial / Pearson, c’est pas le même état d’esprit que Flammarion.

[Reply]

[…] chose. C’est notamment la raison pour laquelle je terminais mon texte dans « Pour en finir avec la mécroissance » en écrivant :« Pire peut-être, ces politiques se limitent à favoriser […]

[…] encore quelque chose. C’est notamment la raison pour laquelle je terminais mon texte dans « Pour en finir avec la mécroissance » en écrivant : « Pire peut-être, ces politiques se limitent à favoriser l’accès à […]

[…] à la question agricole, mais elle ne peut pas passer par des pratiques qui nous inscrivent dans la mécroissance sous prétexte de maintenir des rentes de situations industrielles héritées d’une industrie […]

[…] de Dataware et de Metadataware à propos des technologies de transferts. Dans l’ouvrage collectif « Pour en finir avec la mécroissance » j’ai présenté cette dimension industrielle de l’infrastructure des réseaux de transferts du […]

 

Répondre à Pour en finir avec la mécroissance » Post » bertrandkeller Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.