Positionnement et avenir du moteur de recherche pour l’entreprise

by Christian on 16 septembre, 2006

Il y a un changement de paradigme qui commence à émerger dans l’architecture du système d’information (SI) des organisations.


Jusqu’à présent, et encore majoritairement, la place du moteur de recherche dans le SI se réduisait à une petite zone de texte et un boutton « Recherche » dans chaque application. Or, sur l’année écoulée, j’ai vu deux gros projets informatiques dont l’approche en matière de moteur de recherche renverse la situation.

Re-positionnement du moteur de recherche :

Le moteur de recherche n’est plus une simple fonctionnalité ajoutée aux applications ; il devient la colonne vertébrale de nouveaux environnements applicatifs qui manipulent du texte (ECM, Collaborative, Intranet, KM, etc.). Le moteur de recherche joue pleinement son rôle d’outil de recherche et de consultation.

En fait, le changement se joue entre ces deux mots : « recherche » et « consultation ». Les organisations n’aiment pas le terme de « recherche ». J’y ai déjà fait allusion, le fait que les employés aient à chercher peut être compris comme l’aveu que c’est la pagaille informationnelle.
« Chercher » n’est pas acceptable dans l’entreprise.
Alors que, si vous parlez de « consulter » l’information, c’est tout de suite beaucoup plus agréable. De fait, quant le vocabulaire passe du registre de la recherche à celui de la consultation, les budgets s’envolent, les réticences s’évaporent et une nouvelle façon de construire des environnements applicatifs voit le jour.

Prospective :

De là on peut en déduire qu’elle va être la tendance que les éditeurs de moteurs de recherche vont devoir suivre pour rester dans la compétition (c’est encore un marché très éclaté). Ceux qui survivront seront ceux qui seront capable de s’interfacer avec les référentiels de l’entreprise pour structurer l’information en fonction des spécificité de l’entreprise cliente.
Aujourd’hui la question de l’interfaçage avec les référentiels reste le point noir de la quasi totalité des éditeurs. Bien souvent, pour le moteur de recherche, une taxinomie ou un thesaurus ne sont rien d’autre qu’un dictionnaire de synonymes. Ne parlons même pas de normes comme RDF où d’ontologie.

Epilogue :

Je ne vous cacherai pas que, sur cette fonctionnalité manquante, la compétition commence à faire rage entre les éditeurs. Mais il va leur falloir des gens très compétents pour appréhender au mieux la question de l’ouverture aux différentes normes de structuration des référentiels.
Le problème est que ces profils sont très rares. J’en connais toutefois un en France, qui ne devrait pas tarder à être très courtisé par les meilleurs éditeurs.
Après tout, çà lui apprendra, à force de démontrer par l’exemple qu’il est brillant.

Pour aller plus loin :
Quelle conséquence cette évolution va-t-elle induire chez les premiers utilisateurs de ces systèmes applicatifs dont la colonne vertébrale est le moteur de recherche ? Voici une première mise en perspective.

Print Friendly
Signaler sur Twitter

{ 0 comments… add one now }

Leave a Comment

{ 1 trackback }

Previous post:

Next post: