Merci Bernard !

Le dernier ouvrage de Bernard Stiegler vient de paraître chez Galilée. Il s’agit du tome 2 de la Misère symbolique, intitulé La catastrophè du sensible.

De la misère symbolique, T2

Je n’ai découvert Bernard Stiegler qu’en 2004, après avoir écouté un entretien sur France Culture, avec Alain Veinstein, dans lequel Stiegler évoquait Gérard Granel.
“Tiens, me suis-je dit, quelqu’un qui évoque Gérard Granel doit forcément être intéressant”. Le lendemain, j’achetais donc De la misère symbolique, que je lu en quelques heures. Depuis, sa réflexion et son travail ne me quittent plus.
J’ai bien sûr rattrapé mon retard en lisant ses précédentes publications : La technique et le temps, Passer à l’acte, Philosopher par accident, Aimer, s’aimer, nous aimer et Mécréance et discrédit.
En découvrant son parcours, je me suis aperçu que j’avais eu les mêmes maîtres et professeurs que lui à l’université de Toulouse : Jaulin, Montet, Escoubas, Granel et Rigal pour n’en citer que quelques uns.
J’aurais très certainement l’occasion de revenir sur ses travaux, car ils sont l’horizon dans lequel j’évolue depuis maintenant une année. En effet, la lecture de Stiegler à profondément modifié mon horizon de pensée.
Si vous ne connaissez pas encore ce philosophe, je vous conseille de commencer par Philosopher par accident, puis Passer à l’acte. Si vous êtes philosophe de formation, alors plongez-vous sans hésiter dans les trois tomes de La technique et le temps.

[…] ais combien de personnes sur terre sont aussi instruites que toi ? Ceux qui vivent dans la misère symbolique vont se faire tirer comme des lapins par ce processus, […]

 

Répondre à Christian Fauré » Blog Archive » Pourquoi le Web Sémantique a-t-il autant de succès ? Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.