Épistémologie des « piliers de la création »

by Christian on 10 mai, 2015

Ces « Piliers de la création » représentent l’image cosmique la plus plébiscitée :
Pillars-of-Creation-NASA-550607

L’original en noir et blanc n’aurait probablement pas inspiré le même succès si la palette des couleurs n’avait pas été artificiellement recomposée :

Dans l’ouvrage « Picturing the Cosmos » , Elisabeth Kessler montre que les couleurs retenues pour la « mise en scène » des images du satellite Hubble sont similaires à la palette des peintres romantiques américains du XIX° siècle (l’école du Fleuve Hudson), inscrivant du coup les images du cosmos dans la mythologie du romantisme américain.

picturingcosmos

 

Deux exemples ci-dessous avec “Aurora Borealis”, 1865,  de Frederic Edwin Church (1826– 1900). [Smithsonian American Art Museum, Washington] et « Among the Sierra Nevada Mountains », California (1868), de Albert Bierstadt Smithsonian American Art Museum, Washington, DC.]

275131l

640px-Albert_Bierstadt_-_Among_the_Sierra_Nevada,_California_-_Google_Art_Project

Le Programme de recherche Epistémè (pdf), financé par l’ANR et piloté par l’IRI, porte notamment sur ce sujet. À savoir mettre en évidence et interroger le nécessaire rapport aux instruments dans la constitution des sciences et dans la publication de leurs résultats.

Les savoirs eux-mêmes, quand il se constituent en disciplines (et cela est valable pour toutes les disciplines), ont tendance à « oublier » les instruments techniques qui ont été les échafaudages de la production de nouvelles connaissances. 

Tout comme les images cosmiques n’ont rien de naturel, chaque savoir s’inscrit dans un rapport aux objets et aux instruments techniques qui ont permis son élaboration.

La conséquence en est que la totalité des savoirs et des connaissances doivent être, notamment dans leur enseignement, intimement couplés avec l’explicitation du milieu technique qui les a rendu possible et les a produit. Si ce programme s’inscrit dans le cadre des Digital Studies, c’est bien parce que le numérique remet en jeu profondément la production, les discours et les enseignements des savoirs.

Ne soyons plus aveugles de nos prothèses.

 

 

Print Friendly
Signaler sur Twitter

{ 0 comments… add one now }

Leave a Comment

Previous post:

Next post: