Entretien avec Bernard Stiegler dans la revue radiophonique “A bout de souffle”

La remarquable revue radiophonique “A bout de souffle” nous propose un nouvel entretien avec Bernard Stiegler :

Cet entretien a été réalisé à Blois dans le cadre des rendez-vous de l’histoire consacrés cette année à la citoyenneté européenne.

En introduction à cette émission, nous avons demandé à Bernard Cassen (journaliste, membre fondateur d’Attac et ancien directeur général du Monde Diplomatique), ainsi qu’ à Bernard Stiegler, quelles étaient leurs analyses de la crise actuelle du capitalisme financier ?

Nous poursuivons l’entretien avec Bernard Stiegler en lui demandant s’il est possible, qu’à moyen terme, l’art prenne le relais de la valeur Or comme valeur étalon ? Si la psychothérapie institutionnelle est un modèle d’institution fonctionnent en milieu associé ? Et enfin, si une institution comme le Centre Pompidou est une institution thérapeutique – en ce qu’elle a en charge de cultiver la participation symbolique de chacun – une telle approche de l’institution ne conduit-elle pas à sa dissolution telle que nous la connaissons aujourd’hui, pour laisser place à une “association d’amateurs” ?

C’est à partir de ces quelques questions posées au café de la gare de Blois que Berbnard Stiegler a bien voulu revenir sur certains de ces ouvrages tel que “Constituer l’Europe” tome 1 et 2, “Prendre soin de la jeunesse et des générations” et “De La misère symbolique” tome 1 et 2

Fichier audio de l’entretien.

Christian,

You used to do me the great honor of reading my blog, (i don’t know if you still do) unfortunately i’ve never been able to reciprocate due to my lack of French. But now (and somewhat related to your post) using the google translation function I am happy to say that i can follow you.

Looking forward to more exchange.

Paul

[Reply]

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.