Réinventer l’industrie des sociétés de services informatiques

Quelques soustractions prédictives risquent de bousculer le métier des grands prestataires informatiques.

Prenons les lignes budgétaires classiques des prestataires en informatique :

  • revente de licence
  • installation et paramétrage des logiciels
  • intégration de plusieurs logiciels entre eux.
  • administration des logiciels
  • maintenance des logiciels
  • développement
  • assistance / Conseil / Expertise

Ce qui va changer :

  • Software as a Service (SaaS) : pas d’installation dans le système d’information donc des lignes budgétaires qui disparaissent :

Ce qui va disparaître du Chiffre d’Affaire des SSII :

  • Revente de licence
  • Installation et paramétrage des logiciels
  • Administration des logiciels
  • Maintenance des logiciels

Reste, de manière très allégée, les lignes budgétaires suivantes :

  • Intégration de plusieurs logiciels entre eux.
  • Développements
  • Assistance / Conseil / Expertise

Sachant que les développements seront plus largement outsourcés, que l’intégration se fera sur des architectures web RESTful et que le conseil représente un volume de chiffre d’affaire peu important, sachant tout cela donc, que va-t-il rester comme activité aux SSII ?

Réponse : la peau du cul si elles ne ré-inventent pas leur métier.

Entièrement d’accord ! Et si les SSII sont en si bonne forme en ce moment, c’est parce qu’elles engrangent le maximum de profits avant la claque ! Histoire de financer leur reconversion.

Elles le savent bien : ce sera la fin des vendeurs de viande en régie !

[Reply]

[…] C’est un thème récurrent que j’ai moi même évoqué. En effet, une solution en mode SaaS propose une “désintermédiation” dans laquelle les Intégrateurs de systèmes sont une des principales sources d’économie du modèle économique. Si l’on compare à froid une solution on premise (installée) avec une solution SaaS, “il n’y a pas photo” comme on dit. Le McKinsey Quarterly du mois de Mai de cette année estime que le TCO (coût total d’acquisition) d’une solution de CRM pour 200 utilisateurs est de 2, 238 Million de dollars pour le Software on premise alors qu’il n’est que de 1,640 Millions de dollars pour le Software as a Service. Vu sous cette angle, on ne donne pas cher de l’évolution du chiffre d’affaire des SSII qui vendent des jours hommes pour l’intégration et la tierce maintenance applicative des logiciels. Et effectivement on en arrive rapidement à la conclusion que le SaaS va étouffer les SSII. […]

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.