Réenchanter le monde

by Christian on 13 octobre, 2006

Chez Flammarion, Octobre 2006.

Quatrième de couverture :

Paul Valéry, pressentant la catastrophe où menait le nazisme, constatait dès 1939 une « baisse de la valeur esprit ». Aurait-il pu imaginer dans quel état de déchéance généralisée tomberait l’humanité après lui en quelques décennies – là où nous en sommes ?
Entre 1939 – où seulement 45 % des Français écoutent la radio, où la télévision n’existe pas encore – et notre début de xxie siècle – où les objets communicants poursuivent les temps de cerveaux disponibles où qu’ils aillent, du lever au coucher – s’est imposé un capitalisme que l’on dit tantôt « culturel », tantôt « cognitif », mais qui est avant tout l’organisation ravageuse d’un populisme industriel tirant parti de toutes les évolutions technologiques pour faire de la conscience un simple organe réflexe : un cerveau rabattu au rang d’ensemble de neurones, tels ceux qui contrôlent le comportement des limaces.
Au cours de l’été 2005, le Medef réunissait son « université » sous la bannière du « réenchantement du monde ». Prenons-le au mot : réenchanter le monde signifie nécessairement revisiter le rôle de l’esprit dans l’organisation de l’économie.

Par Bernard Stiegler

Print Friendly

This work, unless otherwise expressly stated, is licensed under a Creative Commons Attribution 3.0 France License.

Signaler sur Twitter

Leave a Comment

Previous post:

Next post: