D’une récente expérience de plateau de télévision je retiens surtout l’aveuglement que procurent les éclairages. Sous cette avalanche de lux, on ressent comme un impératif qui nous place dans un état second.

On pense alors à cette pratique de l’interrogatoire policier qui vous aveugle en braquant une lampe sur le visage, puis vous exhorte à “avouer”.

Depuis, je regarde les émissions de plateaux télévisés, les talk-show, comme des lieux d’aveux, même si ces derniers sont forcés, simulés ou artificiels.