Tensions sur la toile

by Christian on 21 octobre, 2007

On sait que pour bloguer il faut au moins deux choses (dans une proportion variable) : avoir quelque chose à dire ou à vendre, et avoir de l’ego.

Mais l’ego n’est paradoxalement pas quelque chose de très sociable.

L’auteur du blog Adscriptor est un limier de la toile, comme le disait Olivier : un paparazzi du web (celui qui a besoin d’avoir la dernière exclusivité), à l’affût de la nouveauté, en amont des informations. Son multi-linguisme lui permet de rentrer chaque nuit avec ses pépites informationnelles venues d’outre-atlantique.
Son blog c’est sa raison d’être, sa réputation, et l’audience qui va avec. Alors, quand un petit jeune lui pique une image, reprend ses propos sans le citer, son sang ne fait qu’un tour.
Et voilà que l’on nous sort les grands mots avec la « déontologie du blogeur », le « code de conduite » et même l’invocation des autorités suprêmes en la personne de Tim O’Reilly.
Mais, disant cela, on pointe du doigt et on traîne le coupable sur la place publique de son blog, on démontre l’infamie et l’on expose les pièces à conviction face au jury populaire.
Il est dit que citer ses sources, c’est la moindre des choses, mais voilà que pour cette chose moindre on fait beaucoup de bruit.
Ce bruit là m’a donné la nausée.

ps. S’il supprime son billet je supprimerai celui-ci, car je fais la distinction entre une erreur et une faute.

Print Friendly
Signaler sur Twitter

{ 4 comments… read them below or add one }

F octobre 21, 2007 à 8:31

la Netiquette, oui, on donne le lien du blog sur lequel on rebondit et il y a plaisir à le faire puisque c’est comme ça qu’on constitue l’ensemble de nos blogs comme un « réseau social » pragmatique, mais fait de miroitements, de différences d’approches et c’est tout l’intérêt (voir La Feuille comme modèle de tam tam avec brève indication de source « pris chez », et toujours le petit grain de sel) – ces logiques de propagation virtuelle sont d’ailleurs fascinantes – mais là le gars il est quand même pas superdécontracté, à publier ses « recent readers » comme dans une enquête de police, surtout pour une info aussi banale, il a perdu une occasion de se taire…

Répondre

Jean-Marie Le Ray octobre 21, 2007 à 11:45

Bonjour,

Chacun ses nausées. J’ai fait ce que je pensais devoir faire, en conscience. Après, ce que les autres pensent, c’est leur problème. J’ai déjà assez à faire avec les miens, de problèmes.
Vous pouvez laisser votre billet, y a pas de raison.
Autre chose : il est possible que je sois dans l’erreur, personne n’est parfait, et je ne prétends pas l’être.
Mais mon blog c’est chez moi, et chez moi je dis ce que je veux. Que ça plaise ou pas.
Jean-Marie Le Ray

Répondre

Christian octobre 22, 2007 à 8:51

Bonjour Jean Marie,
Il est encore une fois difficile de dire « c’est chez moi je fais ce que je veux », chacun ses probèmes et chacun ses nausées, et de parler en même temps de déontologie en épinglant ce que font les autres « chez eux » non ?

La déontologie n’est pas là pour masquer une abscence d’éthique et il me semble que vous avez employé l’artillerie lourde avec ce jeune homme.

Vous n’êtes pas parfait mais votre travail d’enquête et de publication a de la valeur, alors pourquoi refuser de reconnaître une erreur avec ce billet en n’acceptetant pas de la gommer ?
Même si c’est une bouteille à la mer, je réitère ma proposition d’effacer nos billets afin de gommer cet incident. Je crois qu’un blog n’a rien a gagner à afficher des billets en mode « WANTED! ».
Jean-Marie, ne croyez-vous pas que la chasse à l’info ne doit pas virer en chasse à l’homme ?

Répondre

Jean-Marie Le Ray octobre 22, 2007 à 10:19

Christian,

Il y a déjà plusieurs semaines que je veux écrire un billet où décrire ma position sur plusieurs choses liées au blogging, y compris sur les sujets abordés dans votre billet et les commentaires qui précèdent.
Un billet circonstancié pour approfondir les choses qui me tiennent à coeur. Quant au « jeune homme », Aziz est probablement plus jeune que moi mais c’est un vieux de la vieille de la blogosphère qui tient des blogs bien plus en vue qu’Adscriptor et qui évolue dans le métier du conseil marketing et présence sur Internet avec des qualifications que je n’ai pas.
Il m’a d’ailleurs répondu, j’ai mis sa réponse bien en évidence en début de mon billet (au lieu de la laisser en commentaire où beaucoup d’internautes ne vont pas voir), y compris un lien vers ce billet pour donner tous les avis, et d’autres à venir si quelqu’un souhaite réagir.
Cet événement m’a fait réagir, et j’ai réagi par un billet de blog. Mon billet vous a fait réagir, et à votre tour vous avez réagi par un billet de blog. Il me semble donc que nos motivations sont semblables, l’indignation pour moi, la nausée pour vous.
C’est pas pour autant que je trouve à redire à votre billet. C’est votre opinion, je le respecte, et je suis en partie d’accord. En partie seulement.
D’un autre côté, je ne prétends pas être un exemple pour personne. Juste moi-même. Et dire ce que j’ai à dire, comme ma conscience me le dicte.
Il se peut fort bien que des gens qui lisent et apprécient Adscriptor changent d’avis avec mon billet « wanted », comme vous dites, j’en serais désolé, mais qu’y puis-je ?
J’aurai bientôt écrit près de 300 billets, toujours avec une même ligne éditoriale de rigueur dans l’analyse, d’approfondissement, et, surtout, d’honnêteté intellectuelle.
Je ne demande donc aux autres que ce que je m’applique à moi-même.
Jean-Marie

Répondre

Leave a Comment

Previous post:

Next post: