I want my data back !

by Christian on 3 janvier, 2008

Ce n’est plus le « I want my money back ! «  de Thatcher, il faut à présent dire « I want my data back ! ».

C’est ce qu’a essayé de faire Scoble en lançant un script pour récupérer ses données dans Facebook.

La réponse a été rapide : Facebook a immédiatement supprimé son compte !

Moralité :

  • Facebook peut très bien supprimer un compte utilisateur (quand çà les arrange)
  • Vos données sont les leurs, et ils ne les partageront même pas avec vous.

Je peux vous dire que çà crépite sur twitter en ce moment 🙂

Print Friendly
Signaler sur Twitter

{ 3 comments… read them below or add one }

Alain Pierrot janvier 3, 2008 à 8:13

«Vos données sont les leurs»

On ne peut pas dire que ce soit une surprise pour peu qu’on ait lu leurs conditions d’usage.
Une fois qu’on leur a donné la propriété de ces données, leur fonds de commerce, il est logique (atavique ?) qu’ils défendent âprement toute tentative de squat, d’évasion ou de concession à une autre compagnie.

À nouveau ça rappelle les pratiques des compagnies concessionnaires de l’exploitation de territoires entiers (Compagnie de la Baie d’Hudson par exemple) ou encore la situation des ouvriers agricoles évoquée dans l’Arbre aux sabots d’Ermanno Olmi…

Répondre

Christian janvier 3, 2008 à 9:37

Oui alain, c’est le nouveau visage du prolétariat numérique : on leur laisse leur force de production mais on prend et verrouille les données :-).

Plaisanteries mises à part, je trouve normal que la détection d’un robot dans facebook amène à bloquer le compte d’utilisateur utilisé par le robot.

Répondre

Alain Pierrot janvier 4, 2008 à 12:07

D’accord à nouveau, de toute manière, les conditions d’usage étaient claires. Pas de robot, pas de copie, pas de restitution et pleine propriété des données déposées, propriété de FB (utilisation, conservation, revente, exploitation, directe ou auprès d’un tiers de leur choix, etc.).

Il y a une forme d’hypocrisie à avoir joué le jeu, accumulé de la valeur, et à chercher à la récupérer selon la procédure provocante du robot. Côté pub, ça marche bien pour Scoble.

Ça peut même efficacement faire bouger Facebook devant la menace de mauvaise publicité (c’est comme ça qu’on peut dire, hein?). Dans ce cas c’est relativement bien joué (mais passablement déloyal) pour casser le modèle économique de mise à disposition de la — lourde — logistique du réseau social de cette taille moyennant une exclusivité sur les données (est-ce que la seule valeur des adresses e-mail liées aux profils suffirait à payer le jouet ?).

Mais il y a de la naïveté à croire qu’il suffirait d’aspirer ces données pour les placer partout et disperser leur valeur tout en gardant la «gratuité» des services. Parce que vendre son potentiel de consommation — c’est bien de cela qu’il s’agit non ? — à tous les annonceurs, via tous les vendeurs d’espace détruit cette valeur.

Répondre

Leave a Comment

Previous post:

Next post: